Hamilton voit des similarités entre ses saisons 2009 et 2022 de Formule 1

La Hongrie de nouveau théâtre de sa première victoire de l’année ?

Recherche

Par Paul Gombeaud

26 juillet 2022 - 09:34
Hamilton voit des similarités entre (...)

Depuis qu’il effectué ses débuts en Formule 1 en 2007, Lewis Hamilton a systématiquement remporté au moins un Grand Prix par saison même lorsqu’il ne se battait pas pour le championnat. Il lui reste ainsi 10 courses pour tenter de poursuivre cette série en 2022 mais, comme nous l’avons vu en France ce weekend, il sera compliqué pour Mercedes F1 de battre Red Bull et Ferrari à la régulière cette année.

La dernière fois que Hamilton s’était retrouvé dans une situation similaire, c’était en 2009, année également marquée pas des changements de règlements importants. Champion en titre, le Britannique voyait son équipe, McLaren F1, rater sa MP4-24 dans les grandes largeurs et il subissait de nombreuses désillusions en début de saison, se faisant parfois éliminer dès la Q1.

Ce n’est qu’à partir de la mi-saison, et grâce à une évolution importante amenée par McLaren, que Hamilton avait enfin à sa disposition une voiture capable de l’emporter. Il s’imposait ainsi en Hongrie, où la F1 se rend d’ailleurs ce weekend (tiens, tiens...), puis à Singapour quelques semaines plus tard.

"Je me souviens très bien de 2009 et de nombreux éléments de cette année-là," a déclaré Lewis Hamilton.

"Je pense qu’en janvier ou février, après être revenu de mon entrainement hivernal, nous avions cette réunion et les gars me disaient que nous avions déjà atteint le niveau d’appui voulu sur la nouvelle voiture. Et je me souviens qu’ils disaient que d’après leurs interprétations, il y avait 50% d’appuis en moins comparé à l’année précédente."

"Je me disais : ’vraiment ?’ Cela signifie que vous n’avez probablement pas réglé la voiture suffisamment haut, et lorsque je suis monté dedans à Portimão, c’était absolument horrible à piloter. C’est la pire voiture que j’ai jamais conduite, seul le moteur était bon, mais pour le reste j’étais en permanence sur trois roues."

"Je me souviens donc des difficultés de cette année-là. Nous nous étions qualifiés 15e ou quelque chose comme ça lors de la première course, avant qu’une évolution majeure n’arrive pour le Nürburgring. J’étais le seul pilote de l’équipe à en être équipé car j’étais le mieux classé au championnat, et dans les virages 6 et 7, je pouvais enfin passer à fond. Et je me rappelle avoir allumé ma radio accidentellement et de faire ce ’whoo-hoo’ qu’ils ont ensuite diffusé à toute l’usine, puis nous avons remporté notre première course à Budapest."

Après Budapest en 2009, l’histoire peut-elle se répéter en 2022 ?

Le septuple champion du monde le conçoit : il existe des similarités entre les saisons 2009 et 2022 en ce qui le concerne. Le clin d’œil de l’histoire serait d’ailleurs intéressant s’il venait à s’imposer en Hongrie ce weekend, et Hamilton veut croire en ses chances de voir cela se produire.

"Cette année, en début de saison, c’était très, très similaire : en Février, nous étions très confiants et convaincus que nous avions beaucoup de performance dans la voiture, mais bien sûr elle s’est mise à rebondir et il nous a fallu beaucoup de temps pour régler ce problème, nous avons dû sacrifier de la performance pour ça."

"Mais je dirais que toute cette expérience est... c’est impressionnant de voir un groupe de personnes ne jamais abandonner, tout ce que vous voyez au sein de ces équipes. Je pense que nous n’avons pas fait le grand pas en avant comme c’était le cas en 2009 pour gagner à Budapest, mais qui sait ?"

"Nous n’abandonnerons pas, nous continuerons à tout donner. Il fera chaud là-bas. Peut-être que notre voiture y sera performante, peut-être serons-nous plus proches de ces gars-là. Je l’espère en tout cas, parce que j’adore ce circuit."

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos