Formule 1

Hamilton précise les buts et le premier projet de sa Commission pour la diversité

Se pencher notamment sur la question des STEM

Recherche

Par Alexandre C.

2 août 2020 - 07:02
Hamilton précise les buts et le (...)

La Commission Hamilton, mise en place par le pilote Mercedes pour soutenir la diversité dans le sport auto, s’organise avant de commencer ses premiers travaux concrets. Lewis Hamilton a ainsi présenté les objectifs et l’ambition de sa Commission dans un article publié dans Révolution, le magazine de la fédération britannique automobile.

Pour le champion du monde, l’ampleur du problème est démontrée par les photographies des équipes de course en F1, sur lesquelles figurent peu de membres représentatifs de la diversité. Mercedes a elle-même avoué que seulement 3 % des membres de son équipe venaient de profils ethniques diversifiés, tandis que 88 % sont des hommes.

« Je me suis toujours senti isolé en tant que seul pilote noir en F1 » confie Lewis Hamilton dans cette publication.

Et les changements semblent longs, trop longs à venir selon lui…

« Bien que j’aie fait l’expérience du racisme au cours de ma carrière, c’est le manque de sensibilisation et d’action pour le combattre qui m’a le plus préoccupé. Au début, j’ai pensé que mon succès pourrait contribuer à changer cela, à montrer que quelqu’un qui me ressemblait pouvait faire carrière dans le sport automobile. Mais j’ai vite compris qu’il ne me suffisait pas de gagner si rien ne changeait dans le sport. »

« En regardant les photos des équipes à la fin de la saison dernière, il y avait très peu de gens de couleur. Il semble que si vous êtes un homme et un blanc, vous occupez le devant de la scène et les ingénieurs noirs et les femmes sont pratiquement inexistants. On me demande souvent d’où viendra le prochain pilote noir, mais il ne s’agit pas seulement des pilotes - après tout, nous ne sommes qu’une petite partie du sport. La vérité est que les gens de couleur et les femmes sont énormément sous-représentés dans le paddock et dans les usines également. »

L’origine de ce problème remonte bien sûr à l’université, et peut-être même avant...

« J’ai également été surpris par le manque d’étudiants venant de la diversité sur les bans des études en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM) et des effets que cela a sur le sport automobile. Les obstacles auxquels se heurtent de nombreux étudiants issus de minorités dans la poursuite des matières STEM, tout au long du processus éducatif, sont importants. Cela est directement lié à l’inclusion que nous constatons dans nos équipes, car beaucoup ne connaissent pas les carrières auxquelles des matières comme l’ingénierie peuvent mener. L’avenir de l’industrie repose sur le fait que nous nous assurons de garder les divers talents sur leur chemin vers le sport automobile. »

« C’est pourquoi j’ai récemment annoncé la création de la Commission Hamilton, en partenariat avec la Royal Academy of Engineering. Ce travail de recherche explorera comment le sport automobile peut être utilisé pour engager plus de jeunes issus de milieux noirs dans des disciplines STEM et, à terme, les employer au sein de nos équipes de Formule 1. Bien que ce rapport soit spécifiquement axé sur les jeunes Noirs, j’espère que la Commission Hamilton servira de guide à toutes les équipes et organisations qui souhaitent étudier les questions d’inégalité raciale. »

Une première piste concrète serait de soutenir financièrement les jeunes venant de la diversité en karting - car cette première étape du sport auto coûte de plus en plus cher.

« J’ai pu surmonter ces difficultés grâce au soutien de mon père et à ses sacrifices, mais malheureusement, tout le monde n’a pas cette chance et nous devrions de toute urgence examiner comment réduire les coûts liés au karting. »

Ecrivant dans la même publication, David Richards, directeur de Motorsport UK, a reconnu que le sport auto était encore « loin d’être inclusif. »

Selon lui, l’arrivée de Lewis Hamilton en F1 relève presque du " miracle étant donné tous les défis qu’il a eu à affronter. »

« Il ne m’est jamais venu à l’esprit à l’époque que Lewis se sentait comme un étranger, sans parler des abus raciaux qu’il subissait en coulisses. Si nous ne reconnaissons pas la réalité de la situation, les choses ne changeront jamais et j’espère que tous les acteurs de notre sport conviendront que ce qui est arrivé à Lewis est inacceptable. »

« Nous, l’organe directeur, devons profiter de l’élan créé par Lewis pour approfondir notre organisation et nous poser la question de savoir comment réduire les barrières à l’entrée et embrasser la diversité sous toutes ses formes. »

« Mais c’est à chacun d’entre nous, au sein de la communauté du sport automobile, de s’assurer que le changement culturel requis est quelque chose que nous embrassons tous. Motorsport UK adoptera une approche proactive pour adopter de nouvelles initiatives qui permettront à notre sport de devenir véritablement diversifié, inclusif et accueillant pour tous. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less