Hamilton : Je voulais vraiment comprendre ma place dans le monde

Le septuple champion du monde revient sur ce qui l’a poussé à aller en Afrique

Recherche

Par Franck Drui

6 octobre 2022 - 13:26
Hamilton : Je voulais vraiment (...)

Beaucoup connaissent déjà l’histoire de Lewis Hamilton en F1, le garçon qui, avec son père incroyablement dévoué, a surmonté défi après défi pour devenir le pilote le plus titré de tous les temps.

Les multiples emplois que le père d’Hamilton, Anthony, a dû occuper pour financer la carrière en karting de son enfant ont été bien documentés, alors qu’il est également largement admis que lorsque Hamilton a fait ses débuts en 2007, la Formule 1 n’était pas un sport où un pilote de son profil serait forcément accueilli.

"Devoir opérer dans une organisation à prédominance blanche, devoir parler différemment, être différent, je me souviens des pressions à l’idée que je devais être différent," explique aujourd’hui Hamilton, qui reste le seul pilote noir à avoir couru en F1.

"J’ai parlé il y a de nombreuses années du sentiment que je devais me faufiler, me glisser dans une forme différente pour m’intégrer. Il y a une forme qui peut entrer en F1 et si vous n’êtes pas cette forme, alors vous n’êtes pas le bienvenu. S’engager là-dedans juste pour pouvoir y arriver, puis quand vous y êtes, vous pouvez lentement devenir vous-même, et c’est ce que j’ai fait."

C’est aussi ce qui l’a en partie motivé à voyager en Afrique cet été.

"Je pense que c’était pour essayer de vraiment comprendre ma place dans le monde. En grandissant, j’ai eu beaucoup d’expériences traumatisantes avec la discrimination, d’autres que j’ai même découvertes récemment. Je rendais visite à mes parents et ils m’ont dit des choses dont ils ne m’avaient jamais parlé."

Un autre facteur clé dans la planification de son voyage a été de trouver un but après la conclusion de la saison 2021 à Abu Dhabi en décembre. Hamilton avait parfaitement piloté et était sur le point d’être couronné champion, avant qu’une décision extrêmement controversée du directeur de course ne voit Max Verstappen le dépasser dans le dernier tour.

Après avoir été fait chevalier à Londres quelques jours seulement après l’incident, Hamilton a pratiquement disparu des yeux du public pendant les deux mois suivants, laissant le temps de se concentrer sur lui-même.

"J’ai pris la décision en janvier que j’allais entreprendre ce genre de découverte. Après le Nouvel An, je pensais à la façon dont je voulais vivre avec plus d’intention et planifier à l’avance, ce que je ne fais jamais. Je vis avec un peu tout ce qui stimule sur le moment, et le plus souvent quand c’est comme ça, tu n’optimises pas toujours le temps, tu n’es pas toujours là où tu veux vraiment être. Puis venant d’une période assez difficile en fin d’année dernière, je devais me remettre de cela, me recentrer sur une nouvelle saison. Puis avoir quelque chose à laquelle penser parce que j’ai planifié ce voyage si longtemps à l’avance."

"Et ce fut l’une des expériences les plus spéciales pour moi, sinon la plus spéciale. Juste découvrir un petit morceau de l’Afrique et découvrir quelques pays différents. Je ne suis pas allé dans les régions riches, je sais qu’il y a beaucoup de richesse et de grands bâtiments et des entreprises, mais je voulais vraiment aller dans la partie la plus rare et la plus brute des pays, et voir comment les gens vivent avec très peu. C’était vraiment stimulant pour moi, juste de penser que mes ancêtres étaient dans l’une de ces tribus."

Hamilton a publié des nouvelles régulières sur ses réseaux sociaux alors qu’il passait du temps en Namibie, au Rwanda, au Kenya et en Tanzanie, se décrivant sur Instagram comme "complètement transformé" à la fin de son voyage de deux semaines.

"Nous vivons dans une telle bulle. Il se passe tellement de choses dans le monde et tant de gens luttent contre tant de choses. C’est triste de voir que si vous regardez vraiment les nouvelles, c’est comme si c’était pire que jamais."

"Cette expérience en Afrique, de voir des gens avec si peu - je dis si peu mais ils ont aussi tout, ils sont si heureux - c’était aussi voir une façon de vivre différente. On accumule trop de choses, on mange trop de nourriture, les choses que nous tenons pour acquises, les gens n’ont pas ce luxe et je pense que c’est vraiment génial d’avoir cette expérience pour remettre les choses en perspective."

"Là-bas, j’étais en paix. La patrie a une énergie spéciale là-bas, c’est comme le centre de la terre. Je pouvais sentir ces vibrations là-bas. C’était aussi la musique, les sourires des gens, la façon dont les gens partagent leur énergie. J’ai vu tellement de choses que je n’imaginais pas que j’allais vivre."

Après ce voyage, ce fut le retour en piste, revigoré, mais Hamilton reste toujours sans victoire et il semble susceptible de perdre son record d’avoir remporté au moins une course à chaque saison de sa carrière en F1.

"Ce n’est pas grave si ça n’arrive pas. Ça a été une bonne période, de transition. Je sens vraiment que je suis plus heureux que je ne l’ai jamais été, ce qui est vraiment étrange parce que je ne gagne pas en course, et c’est vraiment ce que je préfère. Avoir un succès m’apporterait tellement de bonheur, mais je trouve plus de bonheur dans ma vie personnelle maintenant, je suis juste plus à l’aise avec qui je suis, mon environnement et mes intentions."

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos