Formule 1

Hamilton critique à nouveau les pneus de la F1 mais dédouane Pirelli

Le problème, c’est la lettre de mission de la FIA

Recherche

Par Alexandre C.

28 août 2020 - 09:04
Hamilton critique à nouveau les (...)

Après les franches critiques des pilotes, Pirelli avait dû abandonner ses pneus prévus pour 2020, pour faire rouler les pneus 2019 avec une pression augmentée. Mais même si les pilotes ont été entendus, les Pirelli actuels sont loin de satisfaire encore les acteurs du paddock : sans parler des crevaisons spectaculaires de Silverstone, dues à un nombre de tours trop important effectués, les pilotes se plaignent surtout de ne pouvoir attaquer, au risque de surchauffer les pneus.

« Les pilotes se plaignent constamment au sujet de la surchauffe des pneus » a ainsi, de nouveau, rappelé Lewis Hamilton dans le paddock de Spa (où Pirelli a justement apporté une gamme de pneus plus tendres par rapport à l’an dernier).

Le pilote Mercedes se plaint d’un manque de soutien de la FIA et de la FOM : selon lui, il n’y a que les pilotes qui demandent de meilleurs pneus !

« Quand ils ont eu la guerre des pneus à l’époque, ils avaient des voitures plus légères. »

« Mais vous aviez deux entreprises qui se poussaient l’une l’autre... mais aujourd’hui personne ne pousse Pirelli, sauf nous avec ce que nous disons. »

Lewis Hamilton prend cependant le soin de ne pas froisser Pirelli, et de ne pas écorner l’image du manufacturier. Si les pneus sont insatisfaisants, Pirelli n’est pas forcément responsable... mais plutôt la FIA !

« Nous devons être très prudents, car nous ne devons pas irriter Pirelli. Mais nous essayons d’être constructifs et nous nous asseyons, nous leur parlons. »

« Quand on regarde la dernière lettre de mission, elle n’était nulle part... elle n’a pas reçu l’apport des pilotes et ce n’est pas ce que nous avions demandé depuis des années. »

« Et donc, essayer de s’attaquer à la racine du problème, c’est ce que la GPDA essaie de faire. C’est l’une des raisons pour lesquelles je suis allé à Paris quand ils ont conclu les Accords Concorde, juste pour essayer de les aider, leur dire : "Écoutez, impliquez les pilotes, nous ne travaillons pas contre vous, nous faisons partie du sport et nous voulons l’aider à être excellent, tout comme vous". »

« Et je pense qu’ils étaient vraiment réceptifs à l’époque et qu’ils essaient maintenant de rendre les pneus meilleurs et de viser une meilleure lettre de mission. »

Que voudrait donc Lewis Hamilton ? Des pneus qui imposeraient aux moins deux arrêts aux stands... Toutefois, cela nécessiterait des pneus plus tendres, avec lesquels il serait plus délicat de pousser.

« Nous arrivons à une année [en 2022] où nous aurons toujours les mêmes pneus que l’année dernière et il y a toujours... Personnellement, j’aimerais faire plus d’arrêts - je pense que ces courses à un seul arrêt ne sont pas géniales. »

« Le pneu hypertendre que nous avions était le meilleur pneu que nous avions dans le sens de l’adhérence qu’il nous donnait. Nous voulons donc cette adhérence plus longtemps. »

« Nous ne voulons pas de surchauffe, afin de pouvoir continuer à pousser ces voitures, de nous rapprocher des pilotes et d’effectuer des dépassements, qui aujourd’hui nous prennent parfois des tours. »

Directeur du GPDA, Romain Grosjean entend les critiques et les souhaits de Lewis Hamilton et les soutient pleinement. Le pilote Haas évoque notamment les incidents de Silverstone pour appuyer son propos...

« J’ai entendu ce qu’a dit Lewis et j’ai été très heureux qu’il fasse valoir son point de vue et continue à faire pression pour obtenir un meilleur produit. »

« Nous avons discuté avec Pirelli, je crois que c’était en Espagne lors du briefing des pilotes via Zoom, et nous avons exprimé notre inquiétude sur le fait que nous voulons de meilleurs pneus, nous voulons des pneus plus sûrs. »

« Parce que nous avons vu quelques problèmes à Silverstone lors de la première course. Nous verrons, nous insistons pour avoir un meilleur produit. »

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less