Formule 1

Hamilton assure que la Mercedes est moins facile à conduire que l’an dernier

Difficile à croire après trois doublés ?

Recherche

Par A. Combralier

25 avril 2019 - 17:19
Hamilton assure que la Mercedes est (...)

En 2017, Toto Wolff avait décrit la Mercedes comme une « diva » assez inconstante et imprévisible. En 2019, la Mercedes serait-elle du même acabit ?

En dépit du début de saison parfait de l’écurie (trois doublés en trois courses), Lewis Hamilton assure, en effet, que la nouvelle monoplace argentée est moins docile que sa devancière de 2018.

« Il est un peu plus difficile de travailler avec la voiture de cette année, ce n’est véritablement pas plus facile » assure aujourd’hui le champion du monde dans le paddock de Bakou.

Qu’est-ce qui expliquerait ce constat assez étrange au vu des premières épreuves ?

« C’est un mélange de plusieurs choses. Chaque année, vous avez des problèmes de pneus, qui semblent être un peu plus complexes que l’an dernier. Mais au début de chaque saison, nous souffrons toujours. Tout le monde essaie de comprendre les différentes fenêtres de fonctionnement des pneus. Les fenêtres des pneus de cette année sont encore plus étroites que par le passé. Elles étaient déjà étroites par le passé, elles le sont plus encore cette année. »

« Ils essaient de construire une voiture fonctionnant sur 21 circuits, donc sur autant de circuits, il faut essayer de trouver le bon équilibre. Et c’est très difficile, parce que l’équilibre n’est jamais parfait. Chaque voiture est produite de manière à avoir un équilibre qui, en moyenne, pourrait fonctionner partout. Mais quand les pneus entrent en jeu, et ensuite le moteur, cela devient de plus en plus difficile. »

« Mais au fur et à mesure de la saison, nous allons en apprendre davantage. Nous avons été heureux de remporter une victoire, à Bahreïn, mais nous étions assez bons à Shanghai. La dernière course fut spectaculaire pour nous. »

Pour mieux dompter la Mercedes, il n’y a pas de secret : les évolutions seront la clef. Y en a-t-il au programme pour Bakou ?

« Je ne crois pas que nous ayons des évolutions ce week-end. Nous avons des choses en prévision, mais pas pour cette course » confie Lewis Hamilton.

« J’espère que nous aurons une meilleure compréhension de la voiture ici qu’à Shanghai. Mais Ferrari est rapide en lignes droites, donc je m’attends à ce que Ferrari soit très, très forte ce week-end. Bien sûr, tout se passe bien, bien mieux que prévu pour nous. Nous en sommes vraiment fiers. Mais nous avons aussi conscience du fait que le chemin est encore long. Il y a beaucoup de points positifs à retirer, mais il faut juste continuer à travailler. »

« J’espère que nous serons plus forts en deuxième partie de saison, mais je ne peux prédire le futur. »

« Mais nous avons compris beaucoup de choses en menant un vrai travail d’analyse, pour savoir où se situaient, à Shanghai, nos faiblesses et nos forces. »

Pour la victoire ce week-end à Bakou, Lewis Hamilton, prudent, n’écarte pas non plus les Red Bull-Honda, qui auront une spécification B du moteur japonais pour l’occasion.

« Red Bull se comporte bien ici aussi, et ils ont une nouvelle unité de puissance cette année, donc je m’attends à ce qu’ils soient encore plus proches. Il est juste si tôt dans la saison, je ne peux me prononcer. Je sais que nous allons être dans la lutte, il faudra juste travailler pour être devant. »

Mercedes

expand_less