Formule 1

Hamilton a ‘adoré chaque minute’ de Bahreïn, mais il aura les ‘cheveux gris’ à la fin de l’année !

Des derniers tours ‘horribles’

Recherche

Par Alexandre C.

29 mars 2021 - 08:32
Hamilton a ‘adoré chaque minute’ de (...)

Les derniers tours de la première manche de la saison à Bahreïn auront été haletants ! Lewis Hamilton aura réussi à retenir Max Verstappen, malgré un différentiel de 15 tours en sa défaveur dans les pneus. Après que Max Verstappen l’a relaissé passer suite à l’affaire du fameux dépassement hors piste au virage 4, le pilote Mercedes a ensuite su résister jusqu’à bout mais il s’en est fallu de peu, de très peu !

Quand on lui demande de raconter ses derniers tours de piste à Bahreïn, Lewis Hamilton répond d’abord, mais avec le sourire..

« C’était horrible ! »

« Ce n’était pas génial. Je luttais à la fin avec l’arrière de ma voiture, mes pneus arrière étaient morts. Je pense qu’ils étaient plus vieux de huit tours ou quelque chose comme ça par rapport aux pneus de Max (15 tours en fait). »

« Donc, je savais qu’il allait me rattraper à 10 tours de l’arrivée et je me disais ’ça va être presque impossible de le tenir derrière’, ce qui a été le cas jusqu’à l’incident du virage 4. Je savais que nous étions des cibles faciles à ce moment-là, mais j’ai essayé de rester positif et d’être aussi parfait que possible. »

« Après ça, j’ai réussi à le garder derrière moi. C’est une piste où il est difficile de suivre une autre voiture. »

« Bono [Peter Bonnington, l’ingénieur de course d’Hamilton] n’arrêtait pas de me dire combien de tours il restait ! Il disait ’trois tours, deux tours’ et je disais ’Bono, je sais compter ! J’ai compris ! »

« Il est juste nerveux, mais je suis reconnaissant à Bono et pour sa patience avec moi. Je pense que c’était vraiment le dernier tour - il y avait un point, une fois que j’ai passé le virage 4, je savais que j’étais dans une bonne position. »

« Mais ensuite le survirage au virage 10, la voiture nerveuse au virage 11, un gros snap au 13… »

« Et je me disais ’ça y est, il me tient maintenant’. Mais je pense qu’il a eu la même chose. »

Pour autant Lewis Hamilton dit avoir adoré ce duel au sommet contre le Néerlandais - il a longtemps répété qu’il voulait que la concurrence se rapproche, il est donc servi.

« Chaque minute du week-end, je l’ai adorée. En tant qu’équipe nous étions derrière en termes de performance - ces gars [Red Bull] ont fait un meilleur travail jusqu’à présent. »

« Et donc, pour nous, revenir avec ce résultat compte tenu du fait que nous n’étions pas les plus rapides… ce week-end est un vrai résultat. »

Est-ce le début de saison le plus difficile dont se souvient Lewis Hamilton depuis 2014 et l’ère hybride ?

« Honnêtement, je ne me souviens pas à quel point les autres saisons étaient serrées exactement, mais celle-ci doit avoir commencé comme l’une des plus difficiles, si ce n’est la... Je pense que le rythme de Red Bull est incroyablement solide comme vous avez pu le voir. Nous ne pouvons pas les égaler en qualification pour le moment. C’est un grand, grand pas pour nous, mais évidemment je pensais que nous pourrions nous rapprocher en course - mais c’était un peu trop serré à mon goût. Le truc, c’est que nous ne savons pas à quel point ils seront meilleurs dans d’autres endroits où nous irons - ou à quel point ils seront pires, ou à quel point ils seront bons... peut-être que notre voiture est meilleure dans d’autres endroits qu’ici, ou peut-être qu’elle est pire, nous allons attendre et le découvrir. Une chose est sûre, nous allons travailler aussi dur que possible pour l’améliorer. »

« Il y a un long chemin à parcourir avant 2022... Bon sang ! J’aurai des cheveux gris à la fin de tout ça ! »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less