Haas F1 veut parler à la FIA de la gestion des dégâts en course

Après que Magnussen a été contraint de s’arrêter au Canada

Recherche

Par Emmanuel Touzot

1er juillet 2022 - 08:40
Haas F1 veut parler à la FIA de la (...)

Kevin Magnussen avait déploré une réaction très rapide de la direction de course au Canada, lorsque son aileron était abîmé. La dérive verticale droite semblait prête à tomber et Esteban Ocon s’en était inquiété à la radio.

Cela avait poussé le directeur de course à brandir le drapeau orange et noir obligeant Haas F1 à changer la pièce. Günther Steiner, le patron de l’équipe, déplore lui aussi cet empressement de la direction de course et rejoint son pilote.

"Je partage l’agacement, et c’est plutôt un agacement que nous n’ayons même pas été consultés à ce sujet" a expliqué Steiner. "Nous n’avons pas reçu d’appel nous disant ’les gars, il y a un morceau de votre aileron avant qui vole, quelle est votre opinion à ce sujet ?’"

"Nous savons comment l’aileron est conçu. Je ne peux pas m’asseoir ici maintenant et assurer que ça ne se serait pas décroché, mais ça ne serait pas tombée parce qu’il y a du zylon par-dessus, et le zylon ne se casse pas."

Steiner regrette qu’il n’y ait eu aucune discussion entre Haas F1 et la direction de course à ce sujet, et que la décision ait été prise de manière unilatérale : "Nous devons également respecter le directeur de course. Je dois en fait demander à Peter Crolla, notre directeur d’équipe, d’aller soulever cette question."

"Mais ma déception est que nous aurions dû avoir au moins un appel nous demandant notre opinion à ce sujet, au lieu de recevoir le drapeau et c’est tout, terminé. Peter va aborder ce sujet et dire que la prochaine fois, ce sera sympa de nous demander notre avis."

L’Italien assure que son team prévoyait de changer la pièce car la perte aérodynamique était trop importante, mais que cela aurait pu être fait de manière moins pénalisante pour la course de Magnussen.

"Nous aurions de toute façon changé l’aileron, parce que nous avions perdu de l’appui, mais à un moment plus opportun. Même juste un tour plus tard, nous aurions perdu peut-être 10 secondes de moins parce que c’était sous voiture de sécurité virtuelle."

"C’était donc un peu décevant. Je pense que c’est arrivé parce qu’un autre pilote a crié à la radio, qu’il avait peur pour sa vie, donc c’était à nouveau réactif. Et on est de retour à ça ? Nous aurions dit ’ne vous en faites pas pour les dix prochains tours, on va le changer, mais ça ne va pas tomber’."

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos