Haas F1 n’a pas prévenu Mazepin avant d’annoncer son licenciement

Le pilote russe aimerait "dire ce qu’il pense" à l’équipe

Recherche

Par Emmanuel Touzot

9 mars 2022 - 14:00
Haas F1 n'a pas prévenu Mazepin (...)

Nikita Mazepin a été écarté par Haas F1 en même temps que le sponsor qui l’avait amené dans l’équipe, Uralkali. Le pilote russe assure qu’il était pourtant prêt à toutes les concessions pour pouvoir rouler en dépit des sanctions contre la Russie, ce qui impliquait de rouler sous drapeau neutre.

Une lettre demandant aux pilotes de ne pas soutenir officiellement les actions de la Russie avait été imposée aux russes et biélorusses par la FIA, et Mazepin l’étudiait lorsqu’il a pris connaissance de la décision de Haas. Il explique cependant qu’il était prêt à le faire.

"J’avais l’intention de courir en tant que pilote neutre" a déclaré Mazepin. "La FIA a d’abord autorisé cette décision, et j’ai été heureux de l’accepter. Cependant, la nuit précédant la résiliation de mon contrat, une lettre supplémentaire a été envoyée."

"Le temps que nous traitions cette lettre et que nous examinions les options, parce qu’elle contenait de nombreuses clauses, j’ai pris note de la résiliation de mon contrat le lendemain matin. Je n’ai même pas eu le temps de dire ’oui’, je venais d’être licencié."

Il regrette que Haas F1 n’ait pas pris le temps de l’informer de la nouvelle avant de publier le communiqué de presse : "J’ai appris le licenciement au moment même où il avait été communiqué à la presse. Je suis un jeune homme de 23 ans, et je n’étais pas prêt pour cela."

"Je n’ai reçu aucune indication, ni aucun soutien pour me dire ’c’est la décision que nous avons prise, elle sera mise en ligne dans 15 minutes, tiens toi prêt’. Evidemment, j’ai reçu beaucoup de messages de personnes, et j’ai juste appris en même temps que vous."

Il n’a pas pu discuter de la situation avec Haas F1 et Steiner

Mazepin révèle aussi ne pas avoir discuté de la situation avec Günther Steiner, le directeur de l’équipe américaine : "Je n’ai pas parlé à Günther depuis que j’ai quitté Barcelone, le troisième jour des essais."

"Il ne m’a donné aucune information sur la décision que l’équipe allait prendre, en dehors des informations qu’il a données à mon manager jusqu’au 4 mars. Et puis le communiqué de presse est arrivé, je l’ai lu et j’ai appris que mon contrat avait été résilié. Mais je ne lui ai pas parlé personnellement."

Le Russe et ses soutiens hésitent à lancer une procédure juridique envers Haas, même si Mazepin ne voudrait pas réintégrer un environnement hostile : "Nous allons examiner la situation et décider de ce que nous allons faire."

"Une chose à ajouter de mon côté, c’est que je ne veux pas retourner dans des endroits qui ne veulent pas de moi. C’est la clé pour discuter de la contestation du licenciement ou non."

Il n’a pas voulu faire de commentaires sur un éventuel ressentiment envers le team mais serait ravi de leur parler : "S’ils me contactent directement, je serai heureux de leur dire ce que je pense de ce qui s’est passé."

Enfin, Mazepin a expliqué avoir reçu le soutien d’une poignée de pilotes, parmi lesquels Valtteri Bottas, Sergio Pérez, George Russell et Carlos Sainz.

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos