Grue, visibilité, pneus pluie : Verstappen et Leclerc critiquent la FIA et Pirelli

Du changement à venir l’an prochain ?

Recherche

Par Alexandre C.

9 octobre 2022 - 16:56
Grue, visibilité, pneus pluie : (...)

La FIA est dans la tourmente après le Grand Prix du Japon : une grue était présente sur la piste en particulier au moment où Pierre Gasly arrivait (certes avec une vitesse excessive). La situation est insupportable car elle rappelle de ténébreux souvenirs ici il y a 8 ans.

Comment le double champion du monde, Max Verstappen, a-t-il réagi à cette situation ? Tout d’abord, à chaud sur la piste, qu’a-t-il pensé en voyant la grue ?

« Bien sûr, je suis arrivé le premier et j’ai vu la grue. J’avais une visibilité parfaite mais quand vous êtes derrière, vous essayez toujours de conduire hors des sprays : vous allez à gauche ou à droite, parce que vous ne pouvez pas vraiment voir quoi que ce soit et c’est là que les mauvaises choses se passent. Vous roulez soudainement à gauche et vous apercevez une grue ou autre chose, ce qui serait très dangereux à n’importe quelle vitesse. »

« Donc c’est définitivement quelque chose que nous devons améliorer. Oui, comme je l’ai déjà dit, le premier départ s’est bien passé pendant le premier tour, mais très rapidement, à cause de la forte pluie que nous avions à ce moment-là, c’est devenu impossible. »

Charles Leclerc a perdu un de ses grands amis après ce qui était arrivé au Grand Prix du Japon 2014. Il adresse donc un message ferme à la FIA et à Mohammed Ben Sulayem.

« On ne devrait pas voir ce genre de choses. Bien sûr, quelque chose s’est passé en 2014, nous le savons tous et je pense que nous devrions tous en tirer des leçons. Donc oui, Max l’a très bien dit. Une fois que vous êtes premier, c’est en fait assez bien, mais une fois que vous êtes derrière, vous ne voyez rien. Et dès que vous essayez d’avoir un peu plus de visibilité, vous pouvez être surpris par la présence d’une grue au milieu de la piste. »

« Donc oui, ça ne devrait pas arriver et j’espère vraiment que nous en tirerons des leçons et que ces choses ne se reproduiront plus. »

« Ensuite, pour les conditions, elles ont beaucoup changé, en fait, entre les tours de la grille et le premier tour réel. Il y avait beaucoup plus de pluie, beaucoup plus d’eau stagnante et la visibilité était extrêmement mauvaise. Cela a changé assez rapidement. »

La visibilité des F1 et Pirelli en cause ?

Les fans ont dû ensuite patienter de longues minutes avant de voir le Grand Prix reprendre.

L’humidité de la piste était bien sûr en cause, mais aussi la visibilité sur ces F1 du nouveau règlement aérodynamique de 2022 : elle n’est pas suffisante selon Charles Leclerc.

« Le gros problème de ces voitures est simplement la visibilité. Donc tout ce que nous pouvons faire pour essayer d’améliorer la visibilité et minimiser les sprays, en particulier derrière les voitures, sera extrêmement bénéfique parce que je crois que parfois nous pouvons courir dans ces conditions… mais juste à cause de la visibilité, parce que c’est tellement dangereux d’être derrière et que vous ne voyez rien, nous finissons par ne pas courir du tout. »

« Mais oui, nous devrions essayer de trouver une solution, pour une raison quelconque, pour essayer de minimiser les projections. »

Quant à Max Verstappen, il met plutôt en cause la tenue des pneus Pirelli maxi-pluie. Un message cette fois adressé à Mario Isola. Le Néerlandais reconnaît néanmoins que Pirelli doit faire avec très peu d’essais privés...

« Je ne voulais pas m’en prendre à tout le monde mais je pense que nous avons besoin de meilleurs pneus pluie. Si vous avez vu ce que nous pouvions faire dans les années 90 ou au début des années 2000, avec la quantité d’eau sur la piste... Je suis très heureux d’avoir quelques jours d’essai, vous savez, et d’essayer tous les différents types de pneus, mais nous avons besoin de meilleurs pneus pluie parce que les extrêmes sont tout simplement lents et ils ne peuvent pas vraiment transporter beaucoup d’eau. »

« C’est pourquoi tout le monde essaie toujours de passer très rapidement à un intermédiaire - parce que c’est tellement plus rapide sur un tour, comme vous pouvez le voir d’un tour à l’autre en course, nous sommes passés de l’extrême à l’intermédiaire en course et nous avons immédiatement gagné cinq secondes au moins. C’est tout simplement trop important. Et c’est pourquoi personne ne veut vraiment courir dans cette configuration extrême. »

« Mais si vous comparez cela à ce qui se passait il y a 20 ans... cela aurait été parfait à l’époque. Il doit donc y avoir une solution. Comme je l’ai dit, ce n’est pas une critique car je suis très heureux d’aider. Nous devrions nous pencher sur la question. Peut-être pourrions-nous organiser plus de journées d’essais sur le mouillé et travailler ensemble, pour essayer de trouver de meilleurs pneus afin d’avoir au moins l’opportunité de vraiment rouler sur le mouillé - et ne pas toujours faire deux tours en extrême, passer en intermédiaire et appeler ça une course sur le mouillé. Parce qu’une course sur le mouillé se déroule normalement sous une forte pluie. »

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos