Formule 1

Grosjean veut travailler avec la F1 et la FIA sur la sécurité

"On va profiter de pouvoir en parler tous ensemble"

Recherche

Par Emmanuel Touzot

3 décembre 2020 - 10:44
Grosjean veut travailler avec la F1 (...)

Romain Grosjean reconnaît parfaitement la chance qu’il a eue de sortir indemne de son énorme accident de dimanche dernier à Bahreïn. Le Français est décidé à travailler avec la F1 et la FIA, même s’il va quitter la discipline, pour y faire progresser la sécurité.

"C’est un incident sur lequel on va travailler, je vais m’impliquer dans le processus avec la FIA, Jean Todt et Michael Masi" a déclaré le pilote Haas F1 auprès de Canal+. "On améliore sans cesse la sécurité mais on peut encore apprendre de cet incident, ça fait des années qu’on n’a pas vu une voiture en feu comme ça, ni coupée en deux, ce qui était le problème car ça a exposé le réservoir d’essence."

"Il faut comprendre les gants aussi, pourquoi j’ai les mains brûlées et pas le reste du corps. On veut voir pour les pompiers aussi, il y a celui qui a traversé la piste, mais d’autres étaient plus éloignées et c’est compréhensible. On m’a dit à l’hôpital que le feu de l’essence est un des plus chauds qui existent, donc je comprends que certaines personnes n’aient pas voulu s’approcher."

"Il faut voir s’il faut voyager avec certains commissaires qui seraient permanents, mais c’est des discussions que je vais avoir avec Jean Todt et la FIA car on a tous le même but commun, c’est d’améliorer la sécurité pour que les pilotes ne revivent pas ce que j’ai vécu."

Il admet aussi que le Halo, boudé à l’époque par beaucoup de pilotes dont lui, a été essentiel à sa survie lors du choc avec la glissière : "J’étais vraiment un des pilotes réfractaires à l’introduction du Halo il y a quelques années et sans le Halo, aujourd’hui je ne serais pas là pour vous parler. C’est une technologie qui est impressionnante, je ne me vois plus rouler dans une voiture sans Halo."

Un Halo introduit après l’accident mortel de Jules Bianchi, auquel Grosjean pense beaucoup depuis dimanche : "On va continuer à apprendre, malheureusement c’est suite à l’accident de Jules que le Halo est apparu, et dans mon cas on va apprendre de l’accident et profiter de pouvoir en parler après coup, tous ensemble. J’ai envoyé un message au papa de Jules en disant que Jules m’a sauvé la vie, et sans lui je ne serais pas là, je serai éternellement reconnaissant."

Le GPDA, qu’il co-préside avec Sebastian Vettel et Alex Wurz, va aussi se pencher sur les questions de sécurité. L’association des pilotes a déjà identifié les points à aborder, et les pilotes se montrent tous intéressés à protéger leur intégrité physique encore plus qu’elle ne l’est actuellement.

"Avec Sebastian on a commencé à en parler, et même avec tous les pilotes, on est unanimes pour dire qu’il faut pousser la sécurité. Les gants, pourquoi la barrière s’est ouverte, pourquoi la coque a cassé, pourquoi le réservoir s’est ouvert, ou encore sur le fait que certains commissaires soient loin et reste loin du feu, ce qui est normal quand on est volontaire."

"Mon tour de cou s’est détaché, c’est lui qui me bloquait la sortie sur le côté droit de la voiture. Et ça on l’a pas mal vu, notamment sur l’accident d’Alex Albon. Alex est passé hier soir et il m’a dit que quand il a eu son accident vendredi en essais libres 2, son tour de cou s’est détaché aussi donc je pense qu’on va pouvoir progresser."

"Si je peux, au travers de mon expérience et de mon accident, aider les futures générations de jeunes pilotes... Jean Todt l’a dit : on aura toujours des dangers, on peut penser à tous les scénarios, il y aura toujours quelque chose qui ne se passera pas comme prévu. Mais plus on peut essayer de réduire ces scénarios imprévus, mieux ce sera."

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less