Formule 1

Grosjean révèle le premier message reçu de Räikkönen chez Lotus

Lorsqu’ils sont devenus équipiers fin 2011

Recherche

Par Emmanuel Touzot

21 octobre 2021 - 12:12
Grosjean révèle le premier message (...)

Après un bref passage chez Renault F1 en 2009, Romain Grosjean (à droite sur la photo) est revenu en Formule 1 avec Lotus en 2012 puis 2013. Le Français y a fait équipe avec Kimi Räikkönen (à gauche), qu’il a apprécié pour sa simplicité et pour sa transparence.

Tout juste confirmé dans l’équipe, il a reçu un message de celui qui allait être son équipier, et qui a levé les doutes qu’il aurait pu avoir sur le Finlandais. Le contenu de ce message était très proche de ce que l’on peut imaginer de la part de ’Iceman’.

"Sa conversation était totalement à l’opposé de sa carrière, courte !" a déclaré Grosjean dans le podcast du GP d’Australie, ’In the Fast Lane’. "Mais c’était ouvert, nous pouvions tout partager et ça se passait bien."

"Je me souviens quand j’ai été confirmé fin 2011, il m’a envoyé un SMS. Le message écrit était le suivant : ’Heureux pour toi, pas de conneries entre nous, on se voit bientôt’. C’était Kimi."

"Il va droit au but, pas de longues phrases, il voulait juste rouler et prendre du plaisir en course, j’admire ça. Ces dernières années, il n’a pas une bonne voiture donc il fait ce qu’il peut, mais Kimi est un des plus grands pilotes de ces 20 dernières années."

Grosjean garde des séquelles à sa main gauche

Près de dix ans après son arrivée chez Lotus, la carrière de Grosjean en F1 s’est terminée dans un terrible accident, l’an dernier à Bahreïn. Le Français, qui souffre encore de brûlures sur sa main gauche, explique son état, ainsi que ce qui l’attend sur le plan médical.

"La main droite est absolument bonne à 100%. Je dois juste mettre de la crème solaire quand je vais au soleil car c’est une sorte de peau neuve. La main gauche est celle qui a été un peu plus abîmée."

"Je dois encore faire une greffe de peau début novembre et il pourrait y en avoir une autre en 2022, donc il y a encore un peu de travail à faire. Ce ne sera jamais parfait. C’est douloureux, mais on apprend à vivre avec. Ce n’est pas une douleur énorme, mais elle est là tout le temps."

"Pour être honnête, je peux jouer avec mes enfants, je peux piloter une voiture, je peux vivre à peu près normalement. Il y a deux ou trois choses pour lesquelles je suis légèrement limité, mais je dirais que ça fonctionne bien à 95%. Ce n’est pas beau à voir, mais c’est ma cicatrice de soldat."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less