GP de Monaco : Le Prince intervient dans les négociations entre l’ACM et la F1

Car "l’Automobile Club de Monaco continue de la jouer très dur et ferme"

Recherche

Par Olivier Ferret

8 août 2022 - 11:47
GP de Monaco : Le Prince intervient (...)

Le Prince de Monaco est intervenu directement dans les difficiles négociations de la Principauté avec la Formule 1 sur un nouveau contrat pour 2023.

C’est l’affirmation de Nico Rosberg, résident de longue date de Monaco et champion du monde 2016, alors que le sport se prépare à dévoiler en octobre ce qui devrait être un calendrier de 24 courses pour la saison prochaine.

Le PDG de la F1, Stefano Domenicali, a en effet déclaré aux investisseurs de Liberty Media à la fin de la semaine dernière que la demande des nouveaux hôtes potentiels du Grand Prix était "très, très élevée", au milieu des rumeurs selon lesquelles Paul Ricard, Spa mais aussi Monaco pourraient devoir céder leur place.

"Bien sûr, nous nous attendons à avoir quelques courses de plus que cette année, mais moins de 25, c’est sûr," a précisé Domenicali.

Rosberg espère qu’il y aura de la place pour Monaco - sans doute la course la plus célèbre du calendrier mais aussi la moins lucrative pour la F1 en raison de ses conditions contractuelles particulièrement avantageuses qui reconnaissent l’importance de l’événement.

Cette reconnaissance est désormais remise en question alors que le promoteur de la course, l’Automobile Club de Monaco, négocie avec Domenicali.

"Le Prince Albert est personnellement intervenu dans les négociations car les représentants de l’Automobile Club de Monaco continuent de la jouer très dur et ferme," explique Rosberg.

"Dans un tel cas, un intermédiaire était clairement nécessaire pour aider les deux parties - dans ce cas, les patrons de la Formule 1 et la direction du club - à trouver un dénominateur commun."

"Le Prince Albert prend désormais une part active aux négociations car le GP de Monaco est tellement historique mais aussi la course la plus spectaculaire et la plus glamour de la saison."

"Il faut que ça continue," a insisté l’Allemand, "mais il est clair que les organisateurs vont devoir s’adapter. Par exemple, on voit souvent des bannières publicitaires d’entreprises qui sont les concurrents directs des sponsors de la Formule 1."

"Alors oui, c’est une situation difficile dont ils doivent chercher un moyen de sortir."

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos