Formule 1

Gasly voit autant de plaisir que de potentiel pour son week-end à Monaco

De nouveaux points avec AlphaTauri ?

Recherche

Par Alexandre C.

18 mai 2021 - 11:39
Gasly voit autant de plaisir que de (...)

Pierre Gasly a sauvé les meubles lors du dernier Grand Prix à Barcelone : malgré une pénalité de cinq secondes, et une compétitivité relative en baisse, le Français a su ramener un petit point d’Espagne (et presque deux). Pour Monaco, dans des virages lents, l’AT02 sera-t-elle plus à l’aise ? C’est bien entendu l’espoir de Gasly, qui garde un petit goût amer de son séjour en Catalogne…

« Si l’on repense à l’Espagne, ce fut un week-end assez difficile, d’autant que les qualifications n’ont pas été simples. J’ai raté la Q3 de seulement deux centièmes de seconde, ce qui n’est pas beaucoup du tout. Cela signifie que c’était la première fois cette saison que je n’étais pas dans le top 10 sur la grille. J’étais déçu, en partie parce que cela montre que certaines des autres équipes évoluent et s’améliorent, les écarts sont vraiment très faibles maintenant. Nous savons que nous devons vraiment tout optimiser pour être dans le combat en milieu de grille. Ensuite, on a perdu, en course, des secondes ici et là et j’ai même fini à la 15e place, mais le dernier relais a été encourageant, j’ai pu dépasser pas mal de voitures. Un tour de plus et j’aurais pu être neuvième [devant Esteban Ocon], ça aurait certainement été faisable sans la pénalité. »

« Il y a des points positifs et le potentiel est là, mais avec quelques équipes qui font un pas en avant, nous savons que nous devons travailler dur si nous voulons continuer à nous battre avec elles pour le reste de la saison. Il est impossible d’être irréprochable dans n’importe quelle catégorie de sport automobile, mais nous devons essayer de faire les choses parfaitement et de trouver plus de vitesse si nous voulons marquer plus de points chaque week-end. »

Que dire alors de l’épreuve de Monaco ? Pierre Gasly fait partie de ceux qui aiment ces circuits urbains. Mais l’AlphaTauri va-t-elle l’aimer aussi ?

« Monaco, c’est un circuit que j’aime beaucoup et je suis très heureux d’y retourner, alors que nous n’avions pas pu y courir l’an dernier. C’est un circuit très spécial, qui ne ressemble en rien aux quatre premiers sur lesquels nous avons couru cette année. Le circuit urbain présente plusieurs défis uniques. La semaine va commencer par un manque d’adhérence, donc j’espère que nous pourrons comprendre le comportement de notre voiture aussi vite que possible, en travaillant sur ce que nous devons faire pour être rapides et continuer notre série de points. »

« À Monaco, il est important d’avoir le plus de temps de piste possible, mais je ne pense pas que les essais libres du vendredi, plus courts, seront un problème, car cette année nous sommes maintenant habitués à faire autant de tours que par le passé, en passant moins de temps dans le garage. Bien sûr, à Monaco, vous avez toujours besoin d’un peu de temps pour vous adapter, pour jouer à trouver les limites de votre voiture et à vous rapprocher le plus possible des murs, puis à augmenter progressivement votre niveau de confiance au fil des séances. Et puis vous donnez tout le samedi après-midi parce que nous savons que les qualifications dictent 95% du résultat de la course. »

Monaco verra enfin le retour progressif du public, avec une jauge maximale de 7500 personnes par jour. Le Rocher aura-t-il un goût de course à domicile pour le pilote AlphaTauri ?

« Ils autorisent un nombre limité de spectateurs pour cette course, ce qui sera formidable, mais l’ensemble du week-end ne sera pas aussi mouvementé que celui auquel nous avons toujours été confrontés à Monaco par le passé. J’espère donc avoir un peu de temps pour me détendre et peut-être jouer un peu au paddle tennis avec Charles (Leclerc) vendredi matin, si nous ne sommes pas trop occupés, bien que nous ayons les réunions d’ingénierie habituelles cet après-midi-là. »

AlphaTauri

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less