Gasly revient sur une année noire avec AlphaTauri et l’AT03

Une F1 qui manquait d’efficacité aéro et en grand surpoids

Recherche

Par Franck Drui

7 janvier 2023 - 12:13
Gasly revient sur une année noire (...)

Pierre Gasly est revenu sur sa saison 2022, sa dernière pour AlphaTauri et... le giron Red Bull, à moins qu’il n’y effectue un retour dans quelques années.

Et il n’est pas difficile de qualifier l’année écoulée de déception pour le Français, l’AT03 n’étant pas à la hauteur des attentes pour la 1ère année du nouveau règlement des F1 à effet de sol.

De 110 points en 2021 à seulement 23 en 2022, la dégringolade a été rude.

"C’est sans surprise que je suis déçu. J’attendais vraiment avec impatience ce grand changement de règles. Nous avons eu une excellente année 2021. Nos attentes et nos ambitions chez AlphaTauri étaient donc élevées. Les changements devraient rapprocher le peloton. Nous y avons tous vu une opportunité. Malheureusement, ce fut une année très difficile pour nous. Probablement la plus difficile de toute - ou similaire à 2018 lorsque j’ai rejoint l’équipe et que la performance n’était pas là à ce moment-là. Quand nous avons fait des erreurs en équipe," explique-t-il à Auto Motor und Sport.

"Pour l’équipe, il était non seulement difficile de comprendre ce nouveau concept, mais aussi de gérer le plafond budgétaire. Cela a gravement affecté la façon dont nous pouvions fonctionner et nous développer. En tout cas, c’était plus difficile qu’on ne le pensait. Nous avons trouvé cela plus difficile que certaines équipes qui étaient encore derrière nous en 2021."

À quel moment a-t-il pensé que cette saison ne pourrait pas être bonne ?

"Je pense que tu as besoin d’environ cinq courses pour avoir une image plus claire de tes performances. Mais avec les changements dans les règles, je savais que ce serait plus une course au développement que jamais. Où peu importe de quelle position vous partez, mais à quelle vitesse vous vous développez au cours de la saison. Donc, au début, je n’étais pas si inquiet, mais plutôt plein d’espoir et d’optimisme que nous pourrions accélérer notre trajectoire. Si nous prenons McLaren comme exemple, à Bahreïn, ils étaient terriblement lents. Ils ont eu des problèmes avec les freins. Les deux pilotes étaient bien en dehors du top 10. Et ils ont quand même réussi à renverser la vapeur. Ils sont devenus l’un des meilleurs candidats pour mener le peloton. J’avais espéré la même chose pour nous aussi."

"Mais nous avons rencontré quelques problèmes avec notre voiture. Cela a retardé le développement. Nous n’avons pas réussi à apporter autant de performances sur le circuit que nous le souhaitions. Il y avait des problèmes connus qui ont également affecté les autres comme le marsouinage. La flexion du soubassement. Essayer de rendre la voiture un peu plus rigide dans ce domaine et de maximiser la plateforme aérodynamique."

"Objectivement, c’était très serré dans le peloton. Le pendule oscillait fortement d’une course à l’autre. Certaines équipes se sont approchées une fois du top 10 et ont été éliminées en Q1 la fois suivante. Mais je dirais que nous étions toujours parmi ceux qui ne pouvaient pas vraiment percer. Je ne pense pas que la voiture était terrible. Nous avons quand même pu nous battre pour des points dans certaines courses. Mais d’autres ont réussi à apporter plus de cohérence et à libérer un peu plus de performances tout au long de l’année. Cela les a aidés à obtenir des points plus régulièrement."

Au moment de citer les faiblesses de l’AT03, Gasly cite l’aérodynamique en premier lieu, le poids en deuxième.

"Je dirais, et c’est mon avis personnel, que nous avons manqué d’efficacité au niveau de l’aérodynamisme. Nous avons roulé avec trop de traînée pour l’appui que la voiture génère. Et il y avait simplement un manque général d’appuis. Et cela a touché d’autres domaines."

"La voiture glissait plus, les pneus chauffaient plus. Ensuite, vous glissez encore plus et avez plus d’usure induite par la chaleur. Un petit pas en avant dans les appuis a un impact important sur vos performances globales en course. Je pense que la voiture avait du potentiel."

"Mais ce qui nous a aussi fragilisé c’est que nous étions bien au-dessus du poids minimum toute la saison. On parle de quelques dixièmes de seconde. Nous n’avons pas réussi à nous débarrasser de cet excès de poids. Si nous avions eu ces quelques dixièmes en début de saison, nous aurions été dans le bon peloton pendant au moins les huit premières courses. Et cela aurait affecté la position finale.

"Mais malheureusement, notre surpoids n’a pas changé du tout au cours de la saison."

AlphaTauri

Info Formule 1

Photos

Vidéos