Formule 1

Gagner Le Mans et Daytona, les prochains défis de Button

L’Anglais n’est pas rassasié et n’est pas prêt à la retraite

Recherche

Par A. Combralier

11 octobre 2019 - 05:57
Gagner Le Mans et Daytona, les (...)

Jenson Button n’est visiblement pas frustré par son expérience aux 24 Heures du Mans. En 2018, le champion du monde 2009 avait pris place dans la SMP Racing, aux côtés de Vitaly Petrov et de Mikhail Aleshin. Mais le prototype, guère fiable, avait subi une dernière défaillance, côté moteur, au bout de 315 tours.

Mécontent de voir les Toyota hybrides écraser autant la catégorie LMP1, Jenson Button avait ensuite spectaculairement jeté l’éponge pour 2019, considérant qu’il n’avait aucune chance de l’emporter.

Mais la réforme en cours des 24 Heures du Mans et du WEC a convaincu l’ancien pilote McLaren et Brawn… qui nourrit peut-être aussi des idées de triple couronne.

« Je cours toujours, je ne veux pas abandonner, je prends toujours du plaisir, j’ai hâte de relever de nouveaux défis. »

« J’ai gagné le Super GT l’an dernier avec mon coéquipier Naoki Yamamoto. Cette année, ce fut un désastre, mais cela arrive. »

« J’ai couru au Mans, mais bien sûr, pas dans une équipe qui pouvait gagner les 24 Heures. Mais pour l’expérience. J’adorerais conduire au Mans de nouveau en luttant pour la victoire. »

« Les voitures avec beaucoup d’appui, c’est ce dont j’ai besoin, donc j’ai besoin de voitures type Le Mans. J’adorerais conduire les hypercars [prévues dans le futur règlement WEC]. J’adorerais aider à construire une voiture pouvant gagner au Mans. Et faire d’autres courses d’endurance. Comme Daytona. La Triple Couronne, l’Indy 500 ? Je ne crois pas, non... »

Mais l’ancien pilote de monoplace confie qu’il éprouve une difficulté majeure quand il s’agit de partager une cylindrée avec un autre…

« Les sports d’équipe m’intéressent vraiment. Mais je suis un de ces pilotes ayant vraiment besoin de trouver une voiture qui fonctionne pour lui. Je dois trouver un équilibre qui fonctionne pour moi. C’est différent de la plupart des autres pilotes. »

« Quelqu’un comme Lewis Hamilton est très fort pour piloter une voiture même si l’équilibre ne lui convient pas. Mais moi, si je n’ai pas le meilleur équilibre, un équilibre convenant à mon style de pilotage, je sens que je suis vraiment vulnérable – mais si j’ai l’équilibre que me convient, je me sens imbattable. »

« Donc c’est délicat quand vous partagez une voiture avec quelqu’un. Cela a marché l’an dernier, nous avons gagné le championnat. Mais régler une voiture comme je veux qu’elle soit, ça me manque un peu. »

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less