Formule 1

Fry : Schumacher ne jouait pas de jeu psychologique chez Mercedes

Contrairement à ce que dit Rosberg

Recherche

Par Emmanuel Touzot

25 janvier 2020 - 15:11
Fry : Schumacher ne jouait pas de (...)

Nico Rosberg a plusieurs fois décrit les jeux psychologiques de Michael Schumacher lorsqu’ils étaient équipiers chez Mercedes, et se rappelle d’une occasion à Monaco où, les deux pilotes n’ayant qu’un toilette pour deux, Schumacher s’était enfermé dedans pour faire perdre du temps à son équipier.

Le champion du monde 2016 avait alors frappé à la porte, sans succès, pendant que Schumacher le laissait perdre du temps, à quelques minutes de la séance qualificative.

"Je me suis arrangé pour faire ce que j’avais à faire mais la panique avait un gros impact sur ma qualification" rappelle Rosberg, qui avait alors trouvé une alternative aux toilettes occupées par son compatriote.

"Pendant que j’étais avec mon seau d’huile, la porte s’est ouverte, Michael est sorti et aussitôt qu’il a eu passé le coin, il a commencé à marcher plus vite parce qu’il savait qu’il restait quelque chose comme deux secondes avant les qualifications."

Mais Nick Fry, qui a été le directeur des deux hommes dans l’équipe allemande, doute toutefois que les choses se soient passées comme ça : "Je ne sais pas si c’est vrai, je serais surpris que ça le soit."

"Les gens aiment caractériser Michael comme ce sinistre allemand qui jouait toutes sortes de tours. Et je peux honnêtement dire que je ne l’ai jamais vu. Ce que j’ai vu c’est quelqu’un qui était très bon pour jouer en équipe. J’ai vu ses deux faces."

Fry a également travaillé avec un autre champion du monde, Jacques Villeneuve, et se souvient d’un pilote très solitaire : "A mon arrivée en F1, je travaillais avec Jacques Villeneuve, qui semblait se préférer aller vers sa voiture avec son casque, afin de n’avoir à parler à personne."

"Il semblait ne pas avoir beaucoup de relations avec les mécaniciens, ni même vraiment savoir qui ils étaient, Michael était tout l’opposé."

Et d’expliquer que Schumacher savait exploiter l’avantage du travail en équipe : "Il était sincèrement la personne qui réalisait que s’il voulait jouer au plus haut niveau il devait faire en sorte que tout le monde soit au plus haut niveau. C’est pour cela qu’il a été si victorieux pendant si longtemps."

"Je ne voyais pas de jeux psychologiques ou d’idiotie entre les deux pilotes, en fait c’était même plutôt l’opposé. Je voyais presque une approche paternelle de la part de Michael."

Fry pense que l’image de Schumacher n’est pas la bonne : "Quand tout aura été dit au sujet de Michael, je pense qu’il sera sur un plus grand piédestal dans l’esprit des gens que là où il est maintenant."

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less