Formule 1

Fond plat endommagé, course de gestion… Hamilton avait beaucoup de rythme en réserve

Il répond à Vettel sur sa gestion de course

Recherche

Par Valentin Vilnius

17 mars 2019 - 13:56
Fond plat endommagé, course de (...)

Surprise chez Mercedes : ce n’est non pas le poleman et champion en titre qui a remporté ce premier Grand Prix, mais l’outsider Valtteri Bottas…

Lewis Hamilton avait pris un bon élan, mais a patiné au départ du Grand Prix d’Australie. Valtteri Bottas n’en demandait pas tant pour lui subtiliser la première place…

« Je ne me souviens pas beaucoup de mon départ » confiait Lewis Hamilton après l’arrivée, « peut-être que j’ai eu du patinage, je ne sais pas. J’ai juste été trop insistant avec l’embrayage, probablement. Mais je le saurai qu’en ayant étudié les données avec l’équipe. Finalement, je n’ai pas fait un assez travail ; mais peu importe aujourd’hui, Valtteri a pris un meilleur départ et au premier virage, nous avons tenu nos positions, nous étions toujours en première ligne, ce qui était une bonne nouvelle. »

Face à Valtteri Bottas, Lewis Hamilton souffrait particulièrement en médiums… Y avait-il un problème avec les pneus ?

« Pas vraiment. Je n’étais pas entièrement heureux de l’équilibre que j’avais, mais ce n’était pas la fin du monde. Ce n’est pas un problème pour moi que de finir deuxième. »

Pourquoi Lewis Hamilton a-t-il tant souffert face à Valtteri Bottas ? En réalité, après la course, Mercedes a confirmé que le fond plat du Britannique avait été endommagé au niveau du pneu avant-gauche, « ce qui a amplifié les difficultés qu’il devait surmonter avec l’équilibre de la voiture. »

« Un morceau du fond plat manque, nous ne savons pas encore pourquoi avec certitude pour le moment » a confié l’équipe après l’arrivée. En clair, l’équilibre de la W10 était bien plus instable qu’à la normale.

Sans ces dégâts, Lewis Hamilton aurait-il pu tenir le rythme de Valtteri Bottas ? Rien n’est moins sûr… mais voilà une nouvelle qui ne risque pas de rassurer Red Bull et Ferrari.

Sebastian Vettel a donné une autre explication au rythme décevant de Lewis Hamilton : selon le pilote Ferrari, quand Hamilton n’est pas en tête, il « s’ennuie » et « tourne juste en rond. »

Que répondrait le pilote Mercedes à ces réflexions plus ou moins sympathiques ?

« Valtteri avait beaucoup plus de rythme dans la voiture. Mais ici il faut un delta de 1,8 seconde pour dépasser la voiture devant. Donc après le premier virage, il fallait surtout gérer la course. J’avais juste pour plan de rester juste derrière lui, à deux ou trois secondes. Ensuite j’ai eu le problème avec la voiture [au fond plat] et l’écart a commencé à lentement augmenter. Donc il aurait continué à augmenter. »

« Mais après cela, j’ai essayé de prendre soin des pneus et ensuite, je me suis arrêté super-tôt, pour réagir face aux Ferrari. Dès lors, j’ai su que la course était jouée, parce qu’il restait 47 tours, donc j’ai immédiatement su que j’allais avoir des difficultés sur ce long relais. Par conséquent j’ai conduit loin de mon rythme possible. Bien, bien loin, pour m’assurer d’avoir toujours des pneus à la fin de la course. »

« Je savais, après m’être arrêté, que Valtteri et Max Verstappen étaient restés en piste, et ils sont restés pour des tours et des tours. Donc je savais que j’aurais quelqu’un sur mes talons. Mais je n’ai pas poussé pour rester proche de Valtteri – j’aurais été en difficulté avec mes pneus à la fin, avec une forte dégradation, ce qui a affecté Vettel, et c’était bien compréhensible, parce que ces pneus étaient très usés. J’étais assez heureux du rythme que j’ai pu avoir à la fin. »

Une nouvelle fois, Lewis Hamilton a signé la pole à Melbourne pour s’incliner le dimanche.

« Cela montre un peu l’adversité, comme l’an dernier ! Je suis dans l’ensemble heureux de mon pilotage aujourd’hui. J’ai fait ce qu’il fallait faire, ni plus, ni moins. Je ne me suis pas concentré sur l’écart, parce que je lui ai permis d’augmenter. Donc pas de vrai problème pour moi. Et bien sûr la stratégie n’était pas idéale avec ce scénario. Mais avec ce que j’avais, j’ai fait un travail relativement convenable, c’est juste, bien sûr, au départ que j’ai beaucoup perdu. »

En fin de course, Lewis Hamilton ne s’est pas mêlé à la lutte pour le point du meilleur tour. N’a-t-il pas voulu prendre de risque, ou n’en était-il pas capable en performance pure ?

« Valtteri l’a fait, je n’étais pas en position de lui répondre de toute façon. Mais 21 points sont en jeu, donc nous allons nous battre pour les avoir. »

Mercedes

expand_less