Ferrari : Leclerc aurait remporté la course sans son abandon

Une stratégie gagnante pour la Scuderia à Bakou ?

Recherche

Par Emmanuel Touzot

16 juin 2022 - 09:51
Ferrari : Leclerc aurait remporté la (...)

Ferrari a analysé les stratégies du Grand Prix d’Azerbaïdjan, et pense que Charles Leclerc avait le rythme et la tactique pour l’emporter à Bakou devant Max Verstappen. C’est ce qui ressort des rapports du directeur de la stratégie, Inaki Rueda.

Selon lui, le fait que la Scuderia ait fait rentrer Leclerc sous régime de voiture de sécurité virtuelle pour chausser les gommes dures, là où Red Bull a mal communiqué et a raté cet arrêt, aurait pu lui permettre d’aller chercher le succès.

"Leclerc se battait pour la tête avec Pérez et il avait Verstappen dans sa boîte de vitesses" a expliqué Rueda. "Verstappen s’est mis à portée de DRS de Charles et c’est une chose sur laquelle nous avons travaillé ces derniers temps."

"Car avec des écarts aussi faibles avec Red Bull, nous nous retrouvons à gagner ou à perdre des courses avec des dépassements DRS. Pour Bakou, nous avons apporté un aileron arrière différent et nous avons travaillé sur nos stratégies."

"Lorsque Carlos s’est arrêté, nous avons réalisé qu’il était très probable qu’il y ait une période de voiture de sécurité virtuelle. Et nous nous sommes préparés avec Charles pour rentrer aux stands au cas où la direction de course penserait qu’il fallait déployer la Virtual Safety Car."

"C’était crucial pour notre course car un arrêt aux stands sous une voiture de sécurité virtuelle coûte environ 10 secondes de moins qu’un arrêt aux stands normal. Et grâce à cela, Charles a pu faire son seul arrêt au stand de la course avec beaucoup moins de perte de temps que les deux Red Bull."

Une victoire possible... mais sous conditions

Rueda note que Leclerc avait la stratégie pour gagner, mais sans l’intervention d’une autre voiture de sécurité virtuelle, ce qui est pourtant arrivé lorsque Kevin Magnussen a dû immobiliser sa Haas sur le bord de piste.

"Après la période de Safety Car virtuel au neuvième tour, Charles était parti pour aller jusqu’au bout en pneus durs. Red Bull a essayé de rouler aussi longtemps que possible avec les pneus médiums, mais ils perdaient beaucoup en performance. Les médiums avaient beaucoup de dégradation."

"Pérez a perdu beaucoup de temps en essayant d’aller le plus loin possible pour se décaler avec Charles. Malheureusement, après 11 tours avc les pneus durs, Charles a subi une panne et cela a écourté notre course."

"Nos simulations indiquent que s’il n’y avait pas eu une autre période de Safety Car virtuelle, Charles aurait remporté la course confortablement contre Verstappen."

Red Bull explique son "raisonnement" stratégique

Du côté de Red Bull, le directeur Christian Horner explique quant à lui que l’équipe s’attendait à une lutte entre Leclerc et Max Verstappen, mais que le fait de ne pas faire rentrer le Néerlandais aux stands lors de la première VSC était volontaire.

"Nous avons dit à Max de faire l’inverse de Leclerc" assure Horner. "Nous avons estimé qu’à ce stade, Max avait plus de rythme que Charles, il le poussait, le poussait, le poussait, mais Charles, à son tour, bénéficiait de l’aspiration de Checo."

"Et donc l’effet du DRS n’était pas aussi important qu’il aurait dû l’être normalement. Donc nous avons choisi de rester en piste. Je pense que c’était très tôt, et à part six tours d’un long run le vendredi, on ne savait pas comment ces pneus se dégradaient."

"Donc notre stratégie à ce moment-là était de nous donner un plus grand décalage pour avoir des pneus plus frais pour nos pilotes, sans que l’écart soit trop grand pour Charles. C’était donc le raisonnement derrière tout ça."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos