Formule 1

Ferrari et Renault F1 posent la question de la légalité du DAS de Mercedes

La FIA sera-t-elle saisie pour autant ?

Recherche

Par Olivier Ferret

21 février 2020 - 16:12
Ferrari et Renault F1 posent la (...)

Selon Mercedes F1, la FIA a validé la légalité de son système de direction à deux axes, le DAS.

Mais certains rivaux commencent à poser des questions sur la légalité du DAS dans les conditions du parc fermé.

En effet, le fait de pouvoir régler à loisir la pince ou l’ouverture du train avant serait contraire aux règles qui disent qu’au moment des qualifications les réglages ne puissent plus évoluer jusque à la course.

Pour Alan Permane, le directeur sportif de Renault F1, il y a un doute.

"Comme tout le monde, quand on a découvert ça en vidéo, on a ouvert les yeux en grand et on s’est demandé ce que c’était et comment ça marchait. On a effectué une analyse de la vidéo et on ne sait évidemment pas ce que ça fait précisément. Mais je suis certain que James Allison et ses hommes ont sorti quelque chose d’intelligent, qui fait gagner du temps et qui a été validé par Nikolas Tombazis à la FIA. Et il semble que ce soit légal."

"Mais il reste une question concernant le parc fermé. Je suppose que toute la réponse réside dans le fait de savoir si le système est considéré comme faisant partie de la direction ou de la suspension. Ces deux éléments sont distincts dans les règles. La réponse est probablement dans ce détail."

Son homologue de Ferrari, Laurent Mekies, a le même doute et "les questions vont probablement tourner autour de ça".

"De notre côté, on ne peut que constater depuis l’extérieur et estimer ce que cela fait. Pour le reste, nous faisons complètement confiance à la FIA pour savoir si c’est légal ou non. C’est en tout cas complexe. A eux de conclure."

Le directeur de Ferrari, Mattia Binotto, indique lui faire confiance à la FIA et ne pas discuter du DAS pour l’instant. Et sa légalité ? L’Italien préfère le mot "clarifications" pour l’instant.

"Mais nous demanderons des clarifications parce qu’il est important de comprendre. On ne remettra pas en cause leur décision parce que nous respectons totalement leur jugement. Maintenant, je ne sais pas si cela vaut le coup ou non d’en développer un. Concept, design, production et homologation, ça prend du temps et il faut que ce soit sûr. Pas avant la mi-saison, au mieux. Il faut d’abord comprendre le bénéfice, nous étudierons cela, certainement. Mais je ne pense pas que ce système soit de nature à changer la donne."

La FIA pourrait bannir le système avec effet immédiat s’il posait des questions de sécurité.

"C’était le cas avec le F-Duct," reprend Permane, "les gens avaient peur de voir un pilote avec une seule main sur le volant, surtout dans les virages rapides. Mais je suis certain que Mercedes a conçu quelque chose qui a été considéré comme sûr. Je doute que la sécurité vienne jouer un rôle dans le débat sur la légalité."

Michael Masi, le directeur de course de la FIA, présent à leurs côtés a confirmé que "la FIA n’aurait pas autorisé un système qui n’était pas sûr."

"Mais vous avez tous remarqué aussi que nous avons déjà introduit une règle pour 2021 concernant l’action des volants. Nous verrons si les équipes arriveront à faire quelque chose avec le DAS dans ces limites ou non."

Retrouvez toutes les photos de la journée d’essais à Barcelone en cliquant ici (galerie mise à jour régulièrement).

Ferrari

Renault F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less