Ferrari : Des consignes pour aider Leclerc étaient ’trop risquées’

Binotto explique pourquoi ils ont refusé la demande du Monégasque

Recherche

Par Franck Drui

14 novembre 2022 - 09:31
Ferrari : Des consignes pour aider (...)

Au cours des derniers tours du Grand Prix du Brésil, Charles Leclerc a exhorté à plusieurs reprises son équipe Ferrari à échanger l’ordre de ses voitures avec Carlos Sainz.

Leclerc suivait son coéquipier, troisième, et voulait les trois points supplémentaires qui accompagnaient cette position pour l’aider dans sa lutte pour la deuxième place du championnat avec Sergio Perez.

Cependant, à la déception de Leclerc, l’équipe n’a rien fait pour échanger ses voitures. Sainz n’était même pas au courant de ce que son coéquipier demandait.

"Pour moi, à la radio, rien n’est venu. Donc je n’ai rien à commenter. J’aurais joué le jeu de l’équipe si on me l’avait demandé," indique Sainz.

"Je ne demande normalement pas ce genre de choses, mais évidemment nous avons eu cette discussion avant la course," poursuit Leclerc.

"C’est pourquoi j’ai posé la question. Mais pour une raison quelconque, nous avons changé d’avis à ce sujet. Je ne connais pas encore la raison et j’espère que nous serons assez rapides à Abu Dhabi pour obtenir cette deuxième place. J’espère juste qu’il ne nous manquera pas cette deuxième place pour trois points ou quelque chose comme ça."

Le directeur de l’équipe Ferrari, Mattia Binotto, a expliqué pourquoi l’équipe n’avait pas échangé ses voitures. Il a déclaré que l’équipe faisait l’objet d’une enquête pour un incident potentiel impliquant Sainz et qu’ils ne voulaient pas risquer de lui faire perdre du temps au cas où il serait pénalisé.

La présence de Fernando Alonso et Max Verstappen derrière a également rendu Ferrari réticente à émettre des ordres d’équipe.

"Échanger les deux voitures dans la dernière ligne droite était certainement délicat car Charles avait Fernando et Max juste derrière. Donc, cela aurait certainement pu être délicat et en quelque sorte dangereux."

"Mais plus que cela, nous savions que nous faisions l’objet d’une enquête pour ce qui s’était passé derrière la Safety Car avec Tsunoda. Nous avons été blanchis par le contrôle de course sur le coup, donc nous étions assez, disons, à l’aise, mais sans avoir de conclusion ferme à ce sujet, cela aurait été risqué."

"Une pénalité de cinq secondes, par exemple, signifierait que Carlos aurait perdu plus d’une position. Donc pour le championnat des constructeurs, il était certainement préférable de s’en tenir aux positions et aux écarts en piste."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos