Formule 1

Ferrari confirme l’arrivée d’une SF1000 totalement revue pour la Hongrie

Sa F1 sera revue de fond en comble au niveau du concept aérodynamique

Recherche

Par Olivier Ferret

30 juin 2020 - 17:08
Ferrari confirme l’arrivée d’une (...)

Ferrari a confirmé aujourd’hui que sa monoplace, la SF1000, roulerait en Autriche dans une configuration mécanique et aérodynamique assez proche de celle de Melbourne pour les deu premières courses en Autriche.

Un switch vers une nouvelle philosophie aérodynamique sera retardé jusqu’au dernier moment, pour l’exigeant circuit du Hungaroring, le 3e Grand Prix de la saison.

"La vérité est que les résultats des tests nous ont amenés à prendre un changement de cap significatif en termes de développement, notamment sur le plan aérodynamique," admet aujourd’hui Mattia Binotto, le directeur de Ferrari en F1.

"Tout d’abord, nous avons dû comprendre pourquoi nous ne voyions pas les résultats que nous attendions sur la piste et ensuite, comment, en conséquence, recalibrer l’ensemble du programme."

"Il aurait été contre-productif de continuer dans la direction que nous avions prévue, sachant que nous n’aurions pas atteint nos objectifs. C’est pourquoi nous avons décidé de lancer un nouveau programme qui visait l’ensemble de la voiture, sachant que tout ne serait pas prêt pour la première course."

"Notre objectif est de présenter les évolutions lors de la troisième course, le 19 juillet, au Hungaroring."

"En dehors de cela, au-delà du développement réel de la voiture elle-même, ces dernières semaines, nous avons beaucoup travaillé sur l’analyse de son comportement, avec un travail de simulation et avec l’aide de nos pilotes. Je pense que cela fera ses preuves en Autriche."

Binotto reconnait donc à nouveau que Ferrari a dû optimiser ce qu’elle avait, et cela risque de ne pas être suffisant pour inquiéter Mercedes ou Red Bull.

"Ce week-end, la voiture fonctionnera dans la même configuration utilisée vers la fin des tests de Barcelone. Cela ne signifie pas que nous nous sommes tourné les pouces, il y a eu très peu de temps, cinq semaines et demie seulement, pendant lesquelles nous avons pu travailler sur les voitures, en raison des procédures rigoureuses dans la gestion de la pandémie ainsi que du total arrêt des activités requises par la FIA en accord avec les équipes."

Binotto confirme ainsi les analyses de Ferrari après les essais hivernaux.

"Nous savons que nous n’avons pas la voiture la plus rapide, nous le savions avant Melbourne et cela n’a pas changé. Cependant Spielberg est différent de Barcelone, les températures seront bien plus chaudes. Nous devons donc maximiser nos opportunités en Autriche, deux fois de suite et ensuite, en Hongrie, avec les nouveaux développements, nous verrons vraiment où nous en sommes par rapport à nos concurrents qui ont eux aussi développé leurs voitures."

L’Italien refuse toutefois de prédire quoi que ce soit.

"La vérité c’est que tenter de faire cela, au début d’une saison aussi inhabituelle, sert encore moins à quelque chose qu’après des essais hivernaux. Nous aurons quelques idées après les trois heures d’essais libres vendredi, ensuite une idée plus précise après la qualification. C’est seulement là que nous aurons une image plus claire de la hiérarchie même si une cours d’ouverture est toujours plus imprévisible, en termes de fiabilité, d’exploitation des pneus sur une course, etc."

"Donc nous devons essayer d’être parfaits dans tout ce que nous ferons, pour chaque séance. Le but sera de marquer le plus de points possible, comme toujours."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less