Ferrari a pris un risque avec une F1 ‘prometteuse’ mais non ‘conventionnelle’

Notamment au niveau des suspensions et pontons

Recherche

Par Alexandre C.

17 février 2022 - 16:03
Ferrari a pris un risque avec une (...)

Cette saison 2022 doit être celle de la reconquête pour Ferrari et pour ce faire, la F1-75, présentée aujourd’hui, est attendue au tournant.

Agressive et séduisante visuellement, cette Ferrari apparaît comme un de modèles les plus aboutis présentés jusqu’à présent. Mais bien sûr, tant que la piste n’a pas parlé, impossible de savoir si les choix aérodynamiques de Maranello seront validés.

Enrico Cardile, directeur du département châssis, en a dit plus sur la genèse et l’esprit de cette Ferrari Stendhal (Rouge et Noire). Il évoque notamment l’importance du nouveau simulateur installé à Maranello dans le développement…

« Le changement réglementaire de 2022 est sans doute le plus radical auquel on ait été confronté au cours des 40 dernières années. En tant qu’équipe, nous avons adopté une approche systémique et intégrée du défi, en fixant des priorités claires parmi les nombreux objectifs, souvent contradictoires, que nous nous sommes fixés. »

« Parallèlement au développement de la voiture, nous avons amélioré nos outils de simulation pour apporter de la lumière dans les coins sombres que nous avions dans le passé. »

« L’aérodynamisme était sans aucun doute notre priorité numéro un. Nous l’avons abordé avec un esprit ouvert, profitant de l’opportunité de règlements aussi différents pour regarder dans de nombreuses directions, même loin des tendances de ces dernières années. »

« Cette approche nous a également accompagnés dans le développement de la suspension : le nouveau règlement a imposé une refonte générale de ce domaine, afin de s’assurer que nous disposions de la flexibilité nécessaire pour gérer une telle nouvelle voiture et des pneus aux caractéristiques différentes. En bref, de nombreuses variables sont entrées en jeu, ce qui en fait un exercice difficile et passionnant. »

Une F1 agressive et non conventionnelle... ?

Fabio Montecchi, quant à lui directeur de l’ingénierie du châssis, a assuré que Maranello avait fait des choix non conservateurs, mais audacieux pour cette F1.

Ferrari assume son risque pour ce nouveau règlement aérodynamique de 2022 !

« Le premier facteur clé dans la conception d’une voiture si différente du passé était la gestion du temps. Nous avons dû laisser beaucoup plus de temps que d’habitude pour la phase de mise au point, celle où l’on épluche les règlements pour en tirer toutes les possibilités de gain de performance, celle où l’on explore un grand nombre de solutions avec des études, des simulations et des tests sur le banc d’essais. »

« Le deuxième facteur clé a été l’implication et la responsabilisation de chaque concepteur, afin que chacun ressente à quel point le défi de cette révolution réglementaire était passionnant et unique. En l’absence de références des saisons précédentes, ce qui fait la différence, c’est la créativité et le talent de chaque designer, la qualité des outils d’analyse, la lucidité et le courage de choisir la solution la plus prometteuse, même si elle n’est pas la plus conventionnelle, et en ce sens nous pensons avoir bien travaillé. »

« Le troisième facteur clé a été l’intégration et le dialogue entre les différents groupes de personnes : ceux qui sont impliqués dans les performances, la conception, la production, les achats, le contrôle de la qualité, l’assemblage, les essais au banc, jusqu’à ceux qui suivent la planification et la gestion de la voiture sur la piste et, enfin, les pilotes eux-mêmes, avec leurs commentaires. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos