Évolutions, essais privés : Red Bull met le paquet pour transformer sa RB20

Monaghan s’exprime sur les derniers développements de l’équipe

Par Alexandre Combralier

21 juin 2024 - 16:55
Évolutions, essais privés : Red Bull (…)

Avec Ferrari, Aston Martin ou RB F1, Red Bull fait partie des équipes faisant le plus évoluer sa monoplace, pour ce week-end en terre très connue à Barcelone.

Comme nous vous le rapportions, Red Bull apporte un important package d’évolutions, avec de nouveaux pontons, un capot moteur revu, un nouveau beam wing et des dérives latérales d’aileron arrière.

Quels sont les objectifs de ces évolutions, au-delà bien sûr de rendre la RB20 plus performante ? Ont-elles pour objectif de rendre la voiture moins vulnérable aux bosses et vibreurs, un grand point faible de la Red Bull cette année ?

Paul Monaghan, l’ingénieur en chef, a livré quelques indications dans le paddock de Barcelone : alors, Red Bull a-t-elle pour priorité de faciliter le passage de sa F1 sur les vibreurs et bosses ?

« Nous avons l’intention d’essayer de remédier à toutes les limitations de performance de la voiture, donc nous ne faisons pas une chose pour réagir à un autre. »

« Vous voyez la carrosserie – enfin, vous ne voyez pas ce que nous cachons à l’intérieur, nous le gardons à l’abri des regards indiscrets. »

« Il s’agit d’un développement continu - et nous nous efforcerons de développer autant que nous le pouvons, course après course. »

« Barcelone n’est peut-être pas si mal pour nous. Nous verrons ce que nous pouvons faire. La Hongrie a quelques vibreurs, n’est-ce pas ? L’Autriche a beaucoup de vibreurs, on ne l’ignore pas, donc nous ne nous reposons pas sur nos lauriers. Nous devons juste avoir une voiture qui roule relativement bien et qui, sur un tour, est la plus rapide. »

Le problème des vibreurs ne sera cependant pas entièrement résolu par ces évolutions... est-ce même possible d’éradiquer totalement ce défaut selon Monaghan ?

« Ce n’est pas impossible. Je ne sais pas comment dire à quel point c’est difficile… Si c’était facile, nous l’aurions peut-être déjà fait. Ce ne sera pas facile. L’ampleur du problème, chez nous, est la même qu’ailleurs - je regarde les autres voitures qui utilisent les vibreurs, ils heurtent les vibreurs et leur voiture part en l’air aussi. »

« La question est de savoir si nous pouvons apporter une amélioration suffisamment importante pour être plus rapides que nos concurrents. Tel est le défi. La réponse est que nous ne savons pas comment - nous devons juste faire de notre mieux dans ce processus progressif, course après course. »

Une Red Bull qui craindra moins la chaleur

Ces évolutions permettront aussi à la Red Bull de mieux fonctionner sous fortes chaleurs. Utile alors que les courses estivales arrivent ! Mais il faut le faire avec précaution...

« Vous seriez surpris de voir à quel point tout est sensible - vous commencez à ouvrir des trous à l’arrière de la carrosserie et vous reportez de l’air sale vers les "beam wings", vers une partie du fond plat, ce genre de choses et ça fait mal. »

« La sensibilité à l’aérodynamisme ici est suffisamment élevée pour que vous perdiez ou gagniez une ligne sur la grille si vous vous trompez. Nous sommes dans une lutte serrée et notre marge de manœuvre pour modifier la voiture n’est pas aussi libre qu’elle l’était peut-être auparavant. »

« Donc, chaque fois que nous pouvons faire un gain, en particulier ici ou à Silverstone, oui, nous le faisons. »

« La situation devrait être meilleure partout (avec ces évolutions). Nous ne savons pas si cela suffira pour faire face à un Grand Prix de Hongrie où il fera chaud – avec des virages relativement lents. Nous le découvrirons et nous verrons alors ce que nous devons faire. »

Un test privé qui a mobilisé Verstappen à Imola

Red Bull a en tout cas mis les moyens pour résoudre ce problème des vibreurs et pour améliorer la RB20.

Mercredi dernier, Max Verstappen était dans la RB18 d’il y a deux ans, à Imola. Il y aurait le feu au lac à ce point ?

Paul Monaghan a expliqué le sens de ce test à la presse…

« Nous avons vraiment essayé de donner à Max une référence à partir d’une voiture précédente. »

« Lorsque vous essayez d’évaluer les forces et les faiblesses d’une voiture actuelle, sa référence est la voiture actuelle, et c’est ’les années précédentes, nous avons eu ceci, nous avons eu cela’. »

« Nous avons essayé de donner à Max une référence à partir de laquelle il pouvait juger, et il a été en mesure de nous donner un retour d’information à partir de cela. Ce feedback ne changera pas en tant que tel, nous lui donnons simplement une référence différente. »

« Les forces et les faiblesses des voitures, ou la façon dont nous les percevons, nous pouvons évidemment les juger par rapport à nos adversaires. Mais nous mixons cela avec ses commentaires, les commentaires de Checo, et nous disons, ’OK, sommes-nous bons ? sommes-nous mauvais ? Sommes-nous mauvais ? »

« Nous examinons les données, nous voyons s’il est valable de dire que nous sommes meilleurs ou pires que certaines personnes. On se demande, pourquoi [ce pilote] nous dit telle chose ou telle chose ? Et ensuite, que pouvons-nous faire à ce sujet ? »

Red Bull

Recherche

Info Formule 1

Photos

Vidéos