Formule 1

Et si Honda avait quitté la F1 en 2017 ? ‘Nous n’aurions rien laissé en héritage, rien du tout’…

Yamamoto réfléchit sur le bilan du 3e engagement de Honda en F1

Recherche

Par Alexandre C.

25 août 2021 - 18:54
Et si Honda avait quitté la F1 en (...)

C’est un jalon doux-amer que vont célébrer ensemble Red Bull et Honda ce week-end à Spa : en effet, si le motoriste japonais et l’équipe de Milton Keynes vont fêter leur 50e GP ensemble en F1, ils savent aussi que leur collaboration prendra fin en décembre, même si Honda continuera d’aider pendant un an le projet Red Bull Powertrains.

L’heure est donc déjà au bilan pour les hommes de chez Honda – même si le bilan global de ce nouveau passage en F1 restera surtout dicté par le potentiel titre de Max Verstappen en fin de saison, ce qui serait une manière idéale de conclure, dans un véritable feu d’artifice.

Masashi Yamamoto, directeur général de Honda F1, a comparé le bilan de Honda durant cette ère hybride (2015-2021) avec ceux des précédents engagements du motoriste (2000-2008 et 1983-1992).

Malgré les immenses difficultés du projet McLaren en début de période, ce bilan reste-t-il dans le vert ?

« Ce programme de F1 se déroule mieux que le précédent, car lors de notre dernier passage, nous n’avons gagné qu’une seule course. Maintenant, nous avons cinq victoires consécutives et des pole positions, ce genre de choses. »

« Plutôt que de comparer la troisième ère, qui est ce que nous appelons les années 2000, nous comparons avec la deuxième ère [1983-1992], qui est l’âge d’or. C’est notre objectif. Nous allons essayer de l’atteindre. »

Pourtant, tout aurait pu très mal tourner pour McLaren. En 2017 le motoriste encaissait le choc, avec la décision de McLaren de rompre son contrat avec Sakura, au terme d’une nouvelle année désastreuse.

Et si Honda avait décidé de se retirer de la F1 à ce moment-là ? Et si Toro Rosso n’avait pas voulu prendre le risque de faire équipe avec un motoriste "honni" à Woking ? Le flop sportif, technologique et marketing aurait été terrible, comme le reconnaît Masashi Yamamoto.

« C’est une très grande différence. Si nous avions arrêté après 2017, il n’y aurait plus rien. Pas d’héritage du tout. »

« Mais si nous pouvons gagner le championnat et que nous partons après cette année, nos ingénieurs auront une énorme confiance ce que nous avons pu accomplir. Ils sauront comment réussir. Et ils obtiendront également les connaissances et la technologie de ce moteur hybride, qui sera lié à l’avenir de Honda en matière de technologie neutre en carbone. »

« Ce sera vraiment quelque chose de grand pour Honda. »

« Nous montrons maintenant le meilleur de nous-mêmes, qui est le fruit de sept années d’efforts. Si nous continuons et que nous atteignons l’objectif, nous pensons que nous montrerons à tout le monde ce que nous pouvons faire »

Honda quittera donc bien la F1 l’an prochain, mais garder intacte la motivation des troupes est facile, quand il s’agit de jouer le titre mondial.

C’est cette fois Toyoharu Tanabe, directeur technique de Honda F1, qui s’exprime sur ce sujet de management.

« Si nous ne partons pas cette année, si nous continuons l’année prochaine, peut-être que le niveau de motivation est le même. Nous avons la motivation de gagner le championnat, que nous partions ou que nous restions. »

« Mais les gars de Honda ont atteint un autre niveau de motivation quand nous avons appris que Honda partait à la fin de 2021, surtout du point de vue de l’ingénierie du moteur. Nous avons beaucoup appris et nous essayons de mettre en œuvre des contre-mesures ou des idées dans la nouvelle unité de puissance à chaque fois. C’est la dernière chance de le faire. »

Honda

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less