‘Esteban, c’est une instruction’ : Ocon a été sommé de protéger Alonso à Miami

Une consigne inutile…

Recherche

Par Alexandre C.

10 mai 2022 - 18:19
‘Esteban, c'est une instruction'

En partant des stands à Miami, Esteban Ocon a ramené des points presque inespérés des États-Unis mais… aurait-il pu faire mieux encore ?

Peut-être bien que oui, et cela concerne aussi Fernando Alonso.

A la mi-course, l’Espagnol savait qu’il écoperait d’une pénalité de cinq secondes pour avoir tenté de dépasser témérairement l’AlphaTauri de Pierre Gasly.

Or à ce moment de la course, Esteban Ocon se trouvait à 2,6 secondes de son coéquipier – il sortait d’une lutte avec Mick Schumacher et Sebastian Vettel qui lui avait fait perdre du temps.

L’ingénieur de course d’Alonso, Karel Loos, a alors informé son pilote : « Schumacher et Vettel se sont touchés au premier virage, ils ont donc reculé. La voiture de derrière est maintenant Esteban, 2,6 secondes. »

« Peut-on augmenter cet écart ? » a demandé Fernando Alonso. « Je confirme » a répondu l’ingénieur.

Autrement dit Fernando Alonso demandait à ce que Esteban Ocon creuse un écart de 5 secondes entre les deux Alpine, de manière à permettre à Nando de conserver sa position même après l’octroi de la pénalité.

Par conséquent Josh Peckett, l’ingénieur de course d’Ocon, a informé son pilote de cette consigne d’équipe.

« Fais-le maintenant, s’il te plaît. Fais-le maintenant » a dit Peckett à Ocon.

« Je ne peux pas le faire ! » a répété ensuite le Normand deux fois.

« Esteban, c’est une instruction » a rétorqué son ingénieur.

« Je vais me faire dépasser si je ralentis ! » a alors vertement répondu le Français, visiblement agacé. « Je ne peux pas le faire, ce n’est pas possible les gars, je vous le dis, ce n’est pas possible… »

Et en effet Ocon se savait vulnérable aux attaques-DRS de la Haas de Mick Schumacher comme de la Williams d’Alexander Albon.

Pour autant, Ocon a tout de même permis à Fernando Alonso d’ouvrir un écart suffisant sur les poursuivants des Alpine (avant octroi de sa seconde pénalité).

Mais Alpine n’a-t-elle pas pris un risque inconsidéré ? D’autant plus regrettable à la lumière de la seconde pénalité, octroyée après course à Fernando Alonso ?

« C’est difficile de faire ces manœuvres » reconnaissait Otmar Szafnauer, le directeur d’écurie.

« Le plan était de s’assurer que nous avions cet écart de cinq secondes et Esteban pouvait aider une fois qu’il avait dépassé Mick Schumacher. Une fois qu’il avait dépassé Mick, il avait un rôle à jouer, il pouvait aider à obtenir ces cinq secondes d’écart. »

« Mais il s’est avéré que ce n’était pas nécessaire car Fernando était plus rapide qu’Albon qui était le premier à avoir cinq secondes de retard. »

Ocon lui-même ne digérait pas vraiment cette consigne d’équipe après la course. « Fantastique stratégie les gars, fantastique stratégie les gars. On peut discuter de la fin mais... on peut discuter de la fin » a-t-il conclu à la radio dans le tour de sortie, préparant le débrief d’après-course.

Alpine F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos