Formule 1

Espoirs déçus : quand Horner laissait croire à Albon qu’il serait prolongé…

Retour sur des précédentes déclarations

Recherche

Par Alexandre C.

20 décembre 2020 - 18:13
Espoirs déçus : quand Horner laissait (...)

Red Bull a ainsi annoncé sa décision pour l’an prochain, et elle sera dure à avaler pour Alexander Albon : c’est Sergio Pérez qui sera le prochain coéquipier de Max Verstappen, et non le Thaïlandais.

Albon n’a d’ailleurs été prévenu de la décision de Milton Keynes que quelques heures avant que la nouvelle ne sorte dans la presse ; il n’a réagi qu’aujourd’hui, tant a dû être amère la déception – même Pierre Gasly ou Daniil Kvyat, quand ils ont été déchus de Red Bull, avaient au moins récupéré un baquet chez Toro Rosso.

Albon peut être d’autant plus contrit que les dernières déclarations de Christian Horner laissaient pourtant entendre qu’il serait prolongé. Que ce soit en raison de ses propres progrès (supposés ou réels) sur la piste, ou de sa nationalité thaïlandaise qui est bien sûr un atout chez Red Bull, l’ancien 3e de F2 pouvait être confiant. Mais tout s’est effondré…

Un petit retour en arrière laisse imaginer l’ampleur de la déception du jeune pilote… et rappelle que décidément, il ne faut jamais vraiment croire les propos de Christian Horner – rappelons que Red Bull assurait encore à Pierre Gasly qu’il finirait la saison 2019 chez Red Bull, quelques jours avant de le faire passer chez Toro Rosso.

Encore très récemment, le 5 décembre, soit donc 13 jours avant l’officialisation de la signature de Sergio Pérez, Christian Horner parlait d’Alexander Albon en termes plutôt laudateurs. Et le patron de Milton Keynes comparait d’ailleurs la progression d’Alexander Albon chez Red Bull avec celle de Pierre Gasly (adressant un énième tacle au vainqueur de Monza).

« Je pense qu’il faut voir comment Max a évolué ces dernières années. Si vous regardez sa moyenne en qualifications, la moyenne d’Alex est toujours plus proche de celle de, par exemple, Pierre l’année dernière avec Max. Nous savons que nous avons eu des problèmes avec la voiture qui nous ont rendu la vie particulièrement difficile et je pense que nous avons travaillé dur pour les résoudre et que nous nous y sommes attaqués, donc nous sommes confiants que cette situation s’améliorera, avec un peu de chance, pour lui et pour tout pilote. Max est un adversaire de taille, c’est probablement le pilote le plus en forme actuellement en Formule 1 et je pense qu’il serait difficile pour n’importe quel pilote d’affronter Max actuellement. »

Encore le 29 novembre dernier, après le Grand Prix de Bahreïn, Christian Horner félicitait Alexander Albon pour son podium (certes chanceux, car il était dû à l’abandon à la dernière minute de la Racing Point de Sergio Pérez, sur problème d’unité de puissance).

Et là encore, les termes choisis par Horner laissaient entendre qu’Albon aurait droit à un sursis l’an prochain.

« La malchance de Sergio était la chance d’Alex. Il a eu un bon départ et ce n’est pas souvent qu’on voit un moteur de Mercedes faire quelque chose comme ça. C’est malchanceux pour lui, mais agréable pour Alex. Surtout après l’accident de vendredi [accident en essais libres], Alex a fait du bon travail. Il a fait une bonne course et il a fait un bon travail pour nous aujourd’hui. Vous devez vous rappeler que Sergio Perez a piloté pour moi en Formule 2. C’est un très bon pilote. Mais j’ai toujours dit que notre priorité est de donner une vraie chance à Alex. Il fait des progrès. Il a conduit une course très mature aujourd’hui. Je ne pense pas que nous soyons très pressés car nous avons encore quelques courses et Sergio n’a pas d’autres opportunités, d’autres équipes où signer. C’était une autre course solide de la part d’Alex. »

Après de telles déclarations, difficile donc de ne pas espérer, pour Albon, d’être prolongé.

Le discours n’était pas différent à Imola, alors qu’expirait l’ultimatum initial fixé à Alexander Albon par Christian Horner et Helmut Marko.

Christian Horner rappelait ainsi (30 octobre 2020) que la « priorité » était de « donner du temps » à Alexander Albon.

« Il a ses fesses dans la voiture et tout le monde veut le voir conserver ce siège. Je pense qu’il doit supprimer tous les bruits extérieurs, baisser la tête, passer un bon week-end. Nous sommes entièrement concentrés sur le plan A [Albon] et sur la mise en œuvre de ce plan, donc pour le moment, je pense que nous allons y consacrer toute notre attention. »

Une semaine avant, le 24 octobre 2020, Christian Horner estimait qu’Alexander Albon progressait dans le baquet Red Bull.

« Bien sûr, il y a encore un écart avec Max. Mais en général, j’ai l’impression que les choses s’arrangent un peu plus et qu’il faut juste avoir de bons week-ends, des week-ends propres. Je pense que c’est important. »

Une dernière déclaration est enfin en totale contradiction avec le discours de Christian Horner pour expliquer la signature de Sergio Pérez : « Je pense que l’écart entre Alex et Max est resté largement constant de l’Autriche à Bahreïn 2 certainement. Il a fait une bonne course à Abu Dhabi » déclarait-il alors.

En somme, de bruit médiatique en bruit médiatique, Christian Horner a semé beaucoup de fausses pistes – provoquant une déception d’autant plus vive pour Alexander Albon, qui doit maintenant se reconstruire.

Toute cette histoire rappelle in fine celle de Pierre Gasly en 2019... Réagissant à la nouvelle en août 2019, Gasly avait lui aussi rappelé que cette rétrogradation, "ce n’était pas ce qu’on m’avait dit". Bis repetita !

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less