Formule 1

Équipes A et équipes B : Renault et McLaren F1 mettent la pression sur Racing Point

Interdire les transferts de technologie, la priorité d’Abiteboul

Recherche

Par Alexandre C.

12 décembre 2020 - 18:37
Équipes A et équipes B : Renault et (...)

AlphaTauri avec Red Bull, Haas avec Ferrari, Racing Point avec Mercedes… Les collaborations entre équipes ont fait couler beaucoup d’encre cette année, avec l’affaire de la Mercedes Rose.

McLaren fait partie des équipes dans une situation difficile : car Woking n’a pas de partenaire étroit, après avoir repoussé l’offre de son motoriste Renault. C’est pour cela que McLaren a fait partie des équipes ayant le plus poussé pour que les « copies de F1 » soient interdites à l’avenir.

Zak Brown a ainsi rappelé la FIA à ses engagements : la F1 doit rester un championnat de constructeurs indépendants !

« Je pense que nous avons vu, à l’extrême, ce que cette situation est capable de produire. Je pense que nous sommes convaincus qu’il s’agit d’un championnat des constructeurs : vous devez concevoir, construire, fabriquer votre propre voiture de course. C’est ce que font tous les hommes et les femmes de McLaren. »

« Je pense que McLaren continue de surveiller la situation et nous devons en quelque sorte nous appuyer sur eux pour définir ces limites. C’est clairement un avantage concurrentiel pour les équipes qui transmettent ces informations ou des pièces, à la fois financièrement, sportivement et politiquement, et en même temps les équipes qui sont du côté des destinataires sont capables de moins travailler, et d’hériter du travail des autres. De nombreuses équipes le font maintenant. Nous devrons simplement surveiller la situation. Je pense que la FIA a déclaré que son intention est que chacun soit sa propre entité indépendante. C’est donc ainsi que McLaren veut faire la course, continuera à faire la course. Mais bon, c’est la Formule 1. C’est dur et vous devez battre tout le monde dans le respect des règles. »

Visé par les critiques, Otmar Szafnauer, pour Racing Point, rappelle que sa structure s’étend de plus en plus - c’est-à-dire qu’elle est capable de produire d’elle-même ses propres designs si besoin.

« Je pense que nous avons fait un pas en avant cette année dans la définition des règles. Elles sont beaucoup plus claires. Nous continuons à embaucher du personnel, à développer notre capacité de fabrication, à accroître notre capacité de conception et de développement. Nous avons commencé sur une base plus petite que certaines autres, mais avec l’arrivée d’Aston Martin, nous aussi nous nous développons et nous allons redimensionner l’entreprise. Je pense que nous allons encore croître de 23 % et que nous allons nous aussi travailler dur pour concevoir, développer et construire notre propre voiture afin de faire de notre mieux. »

« Bien que nous n’ayons pas la capacité de fabrication de certaines autres entreprises, nous avons des capacités de conception et de développement et nous ne devons pas oublier que, tout comme McLaren, lorsque nous avons loué une soufflerie Toyota, elle était tout aussi performante. Nous avions 400 personnes qui concevaient et développaient tout et avec cela nous avons terminé deux fois quatrième au championnat, cela aurait dû être trois fois [sans la faillite de Force India]. Avec notre capacité financière actuelle et croissante, nous devrions être en mesure de rivaliser avec les équipes de milieu de grille et peut-être même de progresser. Mais je ne pense pas que notre modèle soit très différent de celui de McLaren. »

A l’image de McLaren, Renault F1 est assez isolée dans le paddock, sans équipe B. Mais le modèle Renault est encore différent du modèle McLaren, rappelle Cyril Abiteboul.

« Nous avons tous nos propres modèles. Renault étant un constructeur complet qui construit tout, du moteur au châssis, chaque boulon et écrou a été conçu, fabriqué et construit par notre équipe, nous sommes donc un véritable constructeur. »

C’est l’occasion pour le Français de remettre une pièce dans la machine "Mercedes Rose"...

« Puis vous avez l’autre extrême que nous avons vu cette année. Ce n’est pas une controverse mais ce n’est évidemment pas un secret que Racing Point a pour modèle d’acheter autant que possible chez Mercedes. Et vous avez McLaren qui est au milieu et qui fait un excellent travail pour ce dont elle est responsable, à savoir la conception du châssis. »

Mais aujourd’hui, Cyril Abiteboul s’inquiète aussi des limites du prochain règlement financier et technique, notamment des transferts de technologie entre les équipes A et B.

« Il ne faut pas perdre de vue que nous sommes tous encore à une seconde ou plus de l’équipe qui mène le championnat. Je suis vraiment inquiet que nous ne fassions pas encore assez pour mettre le sport sur un pied d’égalité. De nombreux progrès ont été réalisés en ce qui concerne le plafond budgétaire mais aussi la clarification des règlements, mais ce qui sera aussi important, c’est le contrôle et l’application du système et, franchement, seul le temps nous dira si ce que nous avons fait est assez bon. Et nous devons aussi faire attention en particulier à tous les mouvements de personnel entre certaines équipes qui devront réduire leurs effectifs. Certaines équipes, comme Otmar l’a souligné, vont augmenter leur capacité opérationnelle, et c’est le genre de choses pour lesquelles nous devons nous en tenir aux règles. Nous devons juste nous assurer qu’elles sont appliquées correctement. »

Alpine F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less