Formule 1

Entre unité et rivalité, comment concevoir les relations entre équipes de F1 ?

Unité face au Covid, rivalité sur la piste…

Recherche

Par Alexandre C.

27 décembre 2020 - 18:08
Entre unité et rivalité, comment (...)

Les équipes de F1 sont rivales sur la piste, mais cette saison aura aussi prouvé leur unité et leur solidarité, que ce soit face au racisme ou face au coronavirus, pour construire des respirateurs.

Unies mais rivales, ce n’est pas un paradoxe pour Cyril Abiteboul. L’ADN fondamental d’une équipe de F1, c’est vouloir battre sa voisine, mais est-ce plus que cela ?

« Oui, je pense que nous avons vu deux extrêmes. Je pense que ce que nous avons pu démontrer, c’est que lorsque les choses sont devenues extrêmement graves, pour le monde, pour l’économie, pour le sport, pour la santé et la sécurité de notre personnel, la communauté, la camaraderie et l’esprit sont là. Il n’y a aucun doute à ce sujet. Il y a quelque chose qui nous rassemble, le plus grand bien du sport et parfois aussi du monde. »

« Mais pour le reste, ne nous faisons pas d’illusions, nous sommes tous de féroces concurrents. Si nous sommes dans cette position, il n’y a pas de hasard, c’est simplement parce que nous voulons gagner. Peut-être que nos aspirations sont différentes, nos marques sont différentes mais nous sommes tous extrêmement fidèles à nos marques, à nos équipes et à notre désir de gagner, ce qui signifie battre le gars qui est à côté de nous. C’est aussi simple que cela et je pense que nous ne devrions pas en attendre beaucoup plus que cela. »

Otmar Szafnauer, qui s’est tant opposé à Cyril Abiteboul cette saison sur l’affaire de la Mercedes Rose, estime que la camaraderie entre les équipes est ainsi circonstancielle.

« Lorsque nous avons un objectif commun, nous nous réunissons et travaillons vraiment bien ensemble pour atteindre cet objectif commun, mais lorsque nos objectifs sont un peu disparates parce que nous essayons tous les deux de nous battre sur la piste, il est certain que nous travaillerons très dur pour atteindre la compétitivité que nous devons avoir. Tout dépend de la situation. Si nos objectifs sont les mêmes, alors nous travaillons très bien ensemble. »

Comme le précise Frédéric Vasseur, l’affaire des ventilateurs a cependant permis de souder les équipes de F1. Comme ce fut le cas aussi sur la négociation concernant les budgets plafonnés ou pour organiser un calendrier de secours en cette année de coronavirus...

« Il est certain qu’à la fin nous resterons concurrents mais je pense honnêtement que la réaction que la F1 - quand je dis, F1, c’est la F1 : FOM, FIA, toutes les équipes - a eue en mars et en avril, lorsque nous étions dans une situation très difficile, a été une excellente initiative, par rapport à ce qui s’est passé avant, et nous avons pu construire un nouveau règlement, établir un nouveau calendrier, signer les budgets plafonnés, et même réduire leur niveau, et je pense qu’à ce stade, la réaction a été très, très positive pour la F1 en général. »

« Maintenant, nous devons maintenir cette dynamique pour l’avenir et même si la concurrence revient à chaque fois que nous sommes assis autour de la table, je pense que nous devons garder à l’esprit que nous avons été capables d’avoir ce genre de réaction et de nous y tenir pour l’avenir. »

Simon Roberts, le directeur de Williams, résume la situation en commençant par une évidence parfois oubliée !

« Oui, je pense qu’il faut se rappeler que nous sommes tous des êtres humains et que lorsqu’il y a une crise mondiale, c’est une grande opportunité pour tout le monde de s’engager ensemble et de travailler en collaboration sur ce point, mais comme l’a dit Fred, lorsque nous sommes sur la piste en Grand Prix, nous sommes férocement compétitifs. Nous employons des pilotes compétitifs, nous sommes tous des ingénieurs compétitifs et des managers d’équipes, donc nous ne devons pas l’oublier, mais dans les coulisses, il y a toujours beaucoup de discussions en Formule 1. Certaines se répandent dans le public, d’autres semblent politiques mais nous courons ensemble et nous devons courir ensemble, donc je pense que c’est une situation normale. »

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less