En s’engageant pour la diversité, la F1 élargit aussi son audience

Aux femmes et aux jeunes générations

Recherche

Par Alexandre C.

5 juin 2022 - 14:34
En s'engageant pour la diversité,

En reprenant la F1, Liberty Media avait trois publics à cibler pour faire grandir plus encore la F1 : les États-Unis, les femmes et les jeunes. Trois domaines dans lesquels la F1 avait beaucoup de potentiel – c’est-à-dire beaucoup de retard.

Parlons des jeunes alors : l’arrivée de la série Netflix, de même que le renouvellement du plateau avec de jeunes pilotes qui montent régulièrement sur des podiums (Lando Norris, Charles Leclerc, Max Verstappen…), sont de nature à attirer un nouveau public. De même, l’engagement de la F1 sur les questions sociales et environnementales, font écho à l’engagement des jeunes générations.

« Netflix a été un immense contributeur à cette croissance » commence par remarquer Zak Brown, le PDG de McLaren Racing.

« Si vous regardez la fan base qu’ils ont apportée, c’est beaucoup de fans féminins, beaucoup de jeunes. Il s’agit de faire des gains progressifs dans tous ces domaines. Nous devons donc continuer à exposer notre grand sport aux personnes qui ne le connaissent pas encore, puis laisser le sport opérer sa magie sur tout le monde, comme il le fait depuis de nombreuses années. »

Compte tenu de tout l’engagement de Mercedes F1 sur ces sujets, c’est plutôt à propos de la responsabilité sociale des équipes de F1 que Toto Wolff met l’accent.

« En tant qu’équipes, nous essayons d’être plus inclusifs et plus diversifiés. Nous avons tous nos propres initiatives, nous avons quelque chose qui s’appelle Accelerate 25, où au cours des prochaines années, nous voulons embaucher au moins 25% de membres de groupes sous-représentés dans notre équipe. Parce que ce dont on a besoin, c’est de modèles, pas seulement concernant le pilote de pointe, évidemment, qui est le plus grand modèle que le sport [Lewis Hamilton]. Mais nous avons besoin de tous, nous devons changer cette salle [la salle de la conférence de presse], il doit y avoir plus de personnes de la diversité en Formule 1. »

Laurent Rossi, pour Alpine, précise aussi que son équipe a lancé un programme visant à plus d’inclusion. En pointant les défauts de la France sur cette question plus globale.

« Il n’y a pas de recette magique. C’est une contamination simple, si vous voulez, il n’y a pas de barrière à l’entrée pour qui que ce soit. Je prends l’exemple des femmes. Rien n’empêche les femmes d’être représentées, mais il n’y a probablement pas de modèle à suivre. Nous n’aidons pas vraiment les gens à croire que c’est faisable. C’est comme si, non, on pensait que ce n’était pas pour les femmes, mais ce n’est pas vrai. Et donc nous avons tous nos programmes, nous essayons de pousser à l’inclusion, pas seulement des femmes, de tout le monde, surtout en France, parce que nous avons aussi une sous-représentation dans tous les domaines. »

« L’idée est que c’est basé sur la méritocratie. Ce n’est pas basé sur qui vous êtes, d’où vous venez, quelles que soient vos croyances, et nous avons essayé de pousser cela et de dire, regardez, ce n’est pas un sport pour les seuls ingénieurs qui viennent de cette région. »

« C’est pour tout le monde. Il n’y a pas de barrière, vraiment pas. Donc c’est bien, vous entendez, parlez-en à tous les gens, peu importe qui, et ils viendront, ils partageront le spectacle avec nous, ils veulent en faire leur travail et nous travaillerons avec eux. »

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos