En pole, Verstappen va se méfier d’Alonso au départ

Le pilote Red Bull revient sur ses qualifications impressionnantes à Montréal

Recherche

Par Olivier Ferret

19 juin 2022 - 15:02
En pole, Verstappen va se méfier (...)

Max Verstappen aime les chiffres ronds en ce moment et après sa 25e victoire en Formule 1 à Bakou dimanche dernier, il a signé sa 15e pole position (sa deuxième seulement en 2022) hier sur le circuit de Montréal, pour le Grand Prix du Canada.

Le pilote Red Bull revient sur cette séance très piégeuse sur piste très humide en Q1 pour commencer.

"Eh bien, c’était juste très délicat en piste. Vous savez, surtout en Q1, la visibilité, et bien sûr, les pilotes qui essaient de trouver un peu d’écart, vous devez ralentir, vos pneus refroidissent et vous êtes vraiment à la limite avec l’adhérence. Donc pour moi, la Q1 n’a pas été le plus facile. Mais ensuite ça a commencé à être de plus en plus agréable quand la piste a commencé à sécher. Vous commencez à avoir un peu plus d’adhérence sur le mouillé. Et oui, alors en Q3, bien sûr, il s’agit d’essayer de mettre un bon tour en banque, mais aussi d’essayer de suivre l’évolution de la piste et d’être sur la piste au bon moment. Heureusement, tout s’est bien passé."

Verstappen n’avait jamais roulé sur le mouillé sur le Circuit Gilles Villeneuve. A-t-il dû expérimenter pour trouver les bonnes lignes et l’adhérence ?

"Oui, un peu. La première fois, vous essayez toujours des choses différentes, où vous pensez que l’adhérence est, et surtout pour faire fonctionner les pneus. C’était la chose la plus importante, avant même les lignes. Mais comme je l’ai dit, dès qu’il a commencé à sécher, les pneus ont finalement commencé à travailler un peu plus facilement et c’était amusant à piloter."

George Russell a essayé de rouler avec des pneus slicks à la fin de Q3. Y a-t-il pensé ?

"Non. C’était tout simplement trop humide à certains endroits, comme le virage 1, le virage 2. Idem du 4 au 5, au 6. Les autres endroits sur la piste étaient assez secs. Mais pour moi, ça n’a jamais été une pensée. Bien sûr, ce n’était que deux secondes et demie entre son tour et le mien, mais vous ne pouvez pas prendre ce pari en qualifications quand vous avez de quoi jouer la pole."

A ses côtés sur la grille de départ, il va avoir un nouveau pilote à surveiller, Fernando Alonso. Qu’est-ce que ça fait de commencer au premier rang aux côtés de l’Espagnol pour la première fois ?

"Ouais, ça fait longtemps, 10 ans je crois, qu’il n’était pas sur une première ligne. Être au premier rang avec Fernando... je regardais la F1 enfant, et Fernando était souvent là, en pole, il gagnait et il a eu deux championnats. Alors partager le premier rang est une bonne chose. Bien sûr, Fernando vieillit un peu, mais il est toujours très rapide. Et je sais qu’il prend de très bons départs, il va prendre sa chance donc je dois être prêt."

Qu’attend-il de la course, qui se passera normalement sur piste sèche ?

"Le rythme sur les longs relais était correct. C’était assez proche je pense avec Ferrari. Donc ça va être une course intéressante."

"Nous avons un bon équilibre, cela peut aussi dépendre un peu de l’évolution de la piste, ça bouge toujours un peu plus sur les circuits urbains en général. Mais en course, ça s’est toujours bien passé. Parce que vous recherchez un peu un équilibre différent. Alors oui, je suis impatient d’y être. Jusqu’à présent, tout le week-end s’est bien passé. Nous devons bien le terminer."

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos