Formule 1

En jouant avec les réglages, AlphaTauri a rendu sa F1 ‘moins paresseuse’

Le directeur technique évoque le développement en cours d’année

Recherche

Par Alexandre C.

3 juillet 2021 - 08:31
En jouant avec les réglages, AlphaTauri

AlphaTauri a manqué l’occasion d’inscrire de gros points avec Pierre Gasly au dernier Grand Prix, au Red Bull Ring – le Français aurait pu viser un top 6 sans son accrochage du premier tour avec la Ferrari de Charles Leclerc.

Jody Egginton, le directeur technique de l’équipe, a tout fait pour qu’AlphaTauri puisse enchaîner avec un deuxième bon week-end en Autriche. Le Britannique le promet, AlphaTauri a beaucoup travaillé pour être au moins aussi performant dans la hiérarchie…

« Nous avons en quelque sorte mis tout cela bout à bout et connaissant la nature de ce circuit, avec peu de virages à faible vitesse, beaucoup à vitesse moyenne… vous avez besoin d’une bonne stabilité et d’une bonne rotation et tout s’est mis en place le week-end dernier. »

« Je pense que les ingénieurs ont tout mis ensemble, toutes les leçons que nous avons apprises lors des derniers événements, et ça a plutôt bien marché. Nous sentons que nous avons une meilleure compréhension. »

« Nous avons répondu à quelques questions et la voiture va plus vite grâce à ça. »

La véritable force cependant de l’AlphaTauri se situe plus dans les virages à basse vitesse, comme nous l’avons vu à Monaco. Et pourtant, Egginton confie qu’il craignait que ce soit plutôt le gros point faible de l’équipe cette année ! Un paradoxe...

« Après le Portugal et l’Espagne, nous avons eu quelques inquiétudes sur notre performance à basse vitesse, nous n’étions pas fantastiquement heureux. »

« Ensuite, nous sommes allés à Monaco et nous avons joué un peu avec les réglages. C’est un circuit un peu unique et vous ne pouvez pas toujours tirer trop de conclusions, mais nous avons pensé que nous avons fait un apprentissage raisonnable là-bas. »

« Puis notre attention s’est concentrée pour trouver un meilleur équilibre et nous avons essayé de faire en sorte que la voiture soit un peu moins paresseuse et qu’elle tourne mieux à vitesse moyenne ; et à Bakou nous avons eu une bonne rotation de la voiture dans les virages à basse vitesse, la voiture semblait tourner assez bien. »

Puis au Paul Ricard, Pierre Gasly a continué sa très bonne série, confirmant que l’AlphaTauri était en réalité une machine très complète et aboutie.

« Le Paul Ricard a été un défi pour tout le monde avec les pneus, les températures de piste et l’équilibre, mais même si la voiture était difficile à conduire, elle était compétitive, bien plus compétitive que les années précédentes. Donc encore une fois, nous avons eu le sentiment d’avoir appris quelque chose. »

AlphaTauri

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less