Formule 1

En Hongrie, le V6 Ferrari handicapera moins Haas F1 et Magnussen s’en réjouit

Une voiture bonne en conditions de course ?

Recherche

Par A. Combralier

15 juillet 2020 - 14:33
En Hongrie, le V6 Ferrari handicapera

Le rythme de course de Haas F1 semblait relativement constant en Styrie, bien qu’encore insuffisant – et de loin – pour pouvoir prétendre à de bons points à la régulière. Sur le plan de la fiabilité, il y avait une grande amélioration en revanche, puisque les Haas n’ont pas subi cette fois de double abandon.

Avant de se rendre en Hongrie, Kevin Magnussen tire ainsi quelques leçons d’espoir de ce dernier rendez-vous au Red Bull Ring.

« Je pense que la performance en course,, du Grand Prix d’Autriche au Grand Prix de Styrie, a été plus ou moins la même. C’est une bonne chose, car la voiture était en fait en assez bonne en conditions de course lors du Grand Prix d’Autriche. Mais nous avons évidemment eu un problème de frein qui a entravé nos performances, ce qui n’a pas été le cas lors du Grand Prix de Styrie. Je pense que la voiture est généralement très bonne en conditions de course, surtout par rapport aux réglages de qualification. C’est vraiment sur les qualifications que nous devons nous concentrer, car les performances en course sont correctes. »

L’unité de puissance Ferrari désavantage les Haas en qualifications... mais justement, sur le Hungaroring, le moteur compte moins. Kevin Magnussen est donc plus optimiste...

« Le Hungaroring est une piste beaucoup moins rapide que le Red Bull Ring, il y a moins de vitesse en ligne droite, ce qui signifie que la vitesse de pointe compte moins dans le chrono final. J’espère que cela peut être une bonne chose pour nous, car comme nous l’avons vu au Red Bull Ring, notre vitesse en ligne droite n’est pas la plus solide. »

Kevin Magnussen n’est rentré qu’une seule fois dans le top 10 sur ce circuit... qu’est-ce qui cloche pour lui à Budapest ?

« Pour moi, ça ne veut rien dire ce que j’ai fait dans le passé - que j’aie eu de bons résultats ou non. Il y a toujours une possibilité d’obtenir un bon résultat, quoi qu’il arrive. Je ne pense pas avoir une faiblesse particulière en Hongrie. Dans le passé, avant la Formule 1, le Hungaroring a été un très bon circuit pour moi. J’y ai gagné des courses et j’ai eu du succès. Ce n’est pas parce que je n’ai pas eu de chance en Formule 1 qu’il y a une faiblesse particulière. Je pense que nous avons plus de chances de marquer des points en Hongrie que sur le Red Bull Ring - même si ce circuit a été très bon pour nous dans le passé avec Haas. »

Troisième course en trois semaines : qu’est-ce que cela change pour le pilote Haas ?

« Je pense que c’est seulement un point positif. Je n’ai que des bonnes choses à dire sur ces trois Grands Prix de suite. Bien sûr, si nous avions une saison complète de triple-headers de mars à décembre, ce serait assez stressant. Mais comme nous nous trouvons dans cette situation où la première moitié de la saison a été annulée, je pense que c’est seulement une bonne chose que nous ayons autant de courses que possible. Ce qui est bien, c’est qu’on se met vraiment en forme. Vous conduisez la voiture tout le temps, chaque semaine, et votre cou devient très fort. Vous vous habituez à conduire beaucoup, ce que vous n’avez pas l’occasion de faire normalement. Votre niveau de forme physique général est très bon lorsque vous ne conduisez pas la voiture, vous faites de la gym, mais votre forme de course devient bien meilleure lorsque vous conduisez la voiture - c’est donc le point positif. »

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less