Formule 1

En Hongrie, Ferrari veut travailler ‘d’arrache-pied’ pour marquer ‘le plus de points possible’

Pour ne pas revivre le cauchemar de Styrie

Recherche

Par Alexandre C.

15 juillet 2020 - 18:38
En Hongrie, Ferrari veut travailler (...)

Performance en berne, collision entre les deux voitures, psychodrame par la suite : Ferrari a connu un week-end catastrophe en Styrie. En Hongrie, il sera bien sûr difficile de faire pire pour la Scuderia ; les évolutions apportées sur la monoplace pourraient aussi permettre à Maranello de gagner quelque peu en performance ; enfin, le déficit de vitesse de pointe en lignes droites devrait moins se faire sentir sur un tracé plus lent.

Le Hungaroring sera ainsi mis à profit par la Scuderia pour continuer d’évaluer ses évolutions, puisque cela fut impossible en EL3 comme en course en Styrie…

Mattia Binotto, le directeur d’écurie, plus que jamais sous pression, évoque les défis d’un circuit « très différent à celui de Spielberg en Autriche. »

« Il sera intéressant de voir comment les voitures se comportent sur une piste qui exige un appui aérodynamique maximal. Étant donné que les dépassements en Hongrie, contrairement à ce qui arrive au Red Bull Ring, sont généralement rares, cela signifie que la gestion des pneus sur un seul tour et une bonne préparation pour les qualifications seront d’une importance capitale. »

« Nous savons que le niveau de performance de notre voiture n’a pas répondu à nos attentes, ni à celles de nos fans, mais nous travaillons d’arrache-pied sur tous les points pour nous améliorer le plus rapidement possible. »

« Notre objectif ce week-end est simple et direct : marquer le plus de points possible. Pour ce faire, nous devons travailler parfaitement dans tous les domaines, des pilotes à la préparation des voitures, en passant par la façon dont nous fonctionnons sur la piste et la fiabilité. »

Percuté par son coéquipier en Styrie, et annoncé sur le départ pour Aston Martin F1, Sebastian Vettel pensera peut-être plus à 2021 qu’à 2020 ce week-end...

« Après la mauvaise performance du week-end dernier à Spielberg, c’est bien que je puisse revenir tout de suite en piste. Le Hungaroring est un circuit assez exigeant physiquement pour le pilote, car il n’y a pratiquement pas de lignes droites. »

« En fait, il y a tellement de virages… et d’habitude, le Grand Prix se déroule à une période très chaude de l’année. C’est aussi une piste qui attire beaucoup de fans de Ferrari et de supporters allemands, donc ce sera une course très étrange sans les voir applaudir en tribunes. »

Fautif dimanche dernier, Charles Leclerc a accepté son erreur ; en refaire une, en Hongrie, pèserait lourd dans la balance.

« J’aime le Hungaroring, qui est un circuit très technique, avec plusieurs zones délicates où l’on paie la moindre erreur au temps au tour. C’est pourquoi, surtout en qualifications, il faut réaliser le tour parfait. »

« Budapest est l’une de mes étapes préférées du calendrier, car la ville est si belle et nous y rencontrons généralement beaucoup de fans enthousiastes. Ce sera un peu différent cette fois-ci et nous ferons de notre mieux pour leur offrir un bon spectacle. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less