Formule 1

En cas de partage d’information, Mercedes F1 et Racing Point seraient compromis ‘très lourdement’

La FIA prévient mais n’a pas encore mené d’examen approfondi

Recherche

Par A. Combralier

18 juillet 2020 - 08:02
En cas de partage d’information, (...)

Directeur du département monoplace à la FIA, Nikolas Tombazis sera au cœur de la controverse Racing Point / Renault.

La FIA entend livrer un premier verdict idéalement avant le Grand Prix du Royaume-Uni, mais un appel pourrait suivre (lire notre information parue ici).

Les conduits de freins de la Racing Point sont au centre des débats. Or Tombazis avait, en février, après la naissance de la polémique aux essais de Barcelone, déjà mené une visite à l’usine Racing Point, où les ingénieurs lui avaient expliqué leur point de vue – utiliser des photographies pour faire de la rétro-ingénierie, un processus légal qui permet de répliquer des pièces listées en s’inspirant d’observations menées en externe, sans partage d’information.

Si la FIA a déclaré légale la Racing Point pour Melbourne, c’était seulement à partir d’un examen général de la voiture, et non spécifique des conduits de freins : tout reste donc ouvert, comme l’a confirmé Tombazis en Hongrie.

« Certaines équipes ont réagi assez fortement en février : nous avons décidé d’enquêter avant l’Australie, et nous sommes allés à l’usine de Racing Point. »

« Nous nous sommes principalement concentrés sur le reste de la voiture, et non sur les conduits de freins, heureusement ou malheureusement. Le reste de la voiture était extrêmement similaire, et a été répertorié à la fois l’année dernière et cette année, il n’y avait donc pas d’excuses sous quelque forme que ce soit. »

« Si les autres pièces de cette F1 avaient été obtenues d’une manière ou d’une autre par le biais d’un partage d’informations, cela aurait été manifestement illégal. En fait, cela aurait impliqué Mercedes et Racing Point de manière très grave. »

« Lorsque nous nous sommes rendus sur place, nous avons donc examiné cette affaire, nous avons surtout examiné le reste de la voiture, et nous avons été convaincus par ce que Racing Point a dit avoir utilisé comme procédé de prise de photos et de rétro-ingénierie à partir des photos. C’était très plausible. »

« Je dirais même plus que cela, ils nous ont montré comment ils ont tout fait et nous avons été satisfaits de la procédure qu’ils avaient effectivement suivie. »

« Donc, dans la discussion de l’hiver dernier, nous ne sommes pas entrés dans les détails des conduits de freins, à tort ou à raison, je ne dis pas que c’était nécessairement la bonne chose, avec le recul, peut-être aurions-nous dû entrer davantage dans ce détail, mais nous avons examiné l’ensemble de la voiture et les pièces qui avaient traditionnellement été les pièces listées. »

L’affaire zoome donc pour le moment sur ces fameux conduits de freins, et cela n’arrange pas les affaires de la FIA.

« Nous avons certainement des avis sur les conduits de freins, et nous en discutons aussi en interne car il y a des questions juridiques et réglementaires délicates à régler. »

« Mais la protestation de Renault se concentre spécifiquement sur ce qui est le plus compliqué – l’aileron avant ou le nez ou le diffuseur, tout cela, disons, est relativement facile, et c’est ce sur quoi nous nous sommes principalement concentrés en février et mars. »

« S’il s’était avéré qu’on leur avait donné des informations sur le diffuseur par exemple, les deux équipes, Mercedes et Racing Point, auraient eu des problèmes assez graves, je dirais. »

Racing Point F1 - Aston Martin F1 Team

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less