Formule 1

Du départ à l’arrivée, Hamilton ne s’est jamais senti menacé à Losail

Que ce soit les pneus ou les Red Bull, Lewis était en contrôle

Recherche

Par Olivier Ferret

22 novembre 2021 - 07:27
Du départ à l’arrivée, Hamilton ne (...)

Lewis Hamilton a déroulé hier à Losail une partition sans faute, du départ à l’arrivée.

Le pilote Mercedes F1 a signé une victoire qui lui a permis de passer de 14 à 8 points de retard au championnat seulement. Un résultat crucial car une augmentation de l’écart aurait mis son rival Max Verstappen dans une position bien plus confortable avant les deux dernières courses de la saison.

Revenant sur sa course, lorsqu’on lui demande s’il a semblé avoir tout sous contrôle dès le départ, il a répondu : "je crois !"

"C’était juste incroyable… ces trois dernières semaines ont été si difficiles pour tout le monde avec de si grandes distances entre toutes les courses et l’équipe a fait un travail tellement incroyable - en particulier ces deux dernières courses, et bien sûr, la course était aussi beaucoup plus facile avec les pénalités que Max et Valtteri ont eu pour l’erreur en Q3. Cela a rendu les choses beaucoup plus simples et oui, je gérais juste l’écart à l’avant et je gardais la voiture dans une zone de sécurité. Mon objectif était de finir la course sans souci, sans crevaison et c’est arrivé."

Le départ a-t-il été plus compliqué avec le pneu médium avec des F1 autour de lui en tendres ?

"Oui, un peu. Il y avait un petit avantage à être sur le pneu tendre, mais je sentais que je n’étais pas massivement menacé. J’ai réussi à couvrir la piste au départ et après cela, je me suis concentré pour passer les premiers virages au mieux. J’ai déjà vu en arrivant au virage 6 que Max était déjà quatrième, donc je savais qu’il avait déjà dépassé mon coéquipier, et à ce moment je ne savais évidemment pas que Valtteri avait eu un si mauvais départ. J’étais juste concentré à essayer de maximiser les points pour moi et l’équipe. Les Red Bull avaient un rythme relativement correct, mais j’étais capable de les gérer, donc ce n’était pas un problème."

Bottas a été le premier à connaitre une crevaison dans ce Grand Prix du Qatar. De quoi rendre Hamilton nerveux en tête lorsqu’il a appris cela à la radio ?

"Non. Je veux dire... je pense que je gérais bien, je n’abusais pas des vibreurs. Ce n’était donc pas une inquiétude pour moi."

"J’ai supposé que cela arrivait à ceux qui montaient beaucoup sur les vibreurs, mais je n’étais jamais proche des plus agressifs. Ce n’était pas un problème."

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less