DRS et banking, le cocktail miracle pour dépasser à Zandvoort ?

Les pilotes dissertent sur le sujet

Recherche

Par Alexandre C.

2 septembre 2022 - 08:55
DRS et banking, le cocktail miracle (...)

Le circuit de Zandvoort se caractérise par des virages avec un fort dénivelé. Cela pose bien sûr des problèmes particuliers, le point de corde n’étant pas forcément l’idéal pour ce genre de virage.

Il existe une autre spécificité concernant les limites de piste : Fernando Alonso a ainsi déjà évoqué l’hypothèse d’une plus grande flexibilité des commissaires sur la trajectoire prise, en fonction du niveau de carburant et de l’usure des Pirelli.

En quoi les virages en dévers sont-ils si piégeux que cela pour les pilotes, et partant, pour la FIA ?

Lance Stroll a livré quelques premières explications.

« C’est un virage assez unique dans le sens où vous pouvez vraiment utiliser le banking. C’est un de ces virages qui favorise une trajectoire un peu plus haute, avec plus d’inclinaison, ce qui n’est pas vraiment l’approche naturelle d’un virage. Et puis ça rend le départ vraiment intéressant aussi, le premier tour, car les gars peuvent vraiment utiliser le banking et monter haut et vice versa. »

« Donc c’est un ajout cool au circuit et un type de virage que nous ne voyons pas très souvent. »

Carlos Sainz accorde une attention privilège au virage 3 de Zandvoort : voici pourquoi.

« Oui, j’ai l’impression que c’est le seul virage où vous pouvez vraiment jouer avec la trajectoire, peut-être un peu au premier virage si vous suivez quelqu’un, mais le virage 3 est le seul vrai virage où vous pouvez vraiment expérimenter. Et l’année dernière, c’était génial de voir qu’on s’adaptait tous et qu’on changeait un peu l’approche de ce virage entre les EL3 et les qualifications, en passant au large puis vraiment à la corde. »

« C’est très amusant et j’ai hâte d’avoir ce genre de virage un peu plus souvent à l’avenir. »

Lando Norris est lui moins enthousiaste : le pilote McLaren soupire en pensant au manque d’écoute de la FIA envers les pilotes...

« J’ai l’impression que même si nous voulions changer les règles de limites de la piste, ça n’arriverait pas. C’est un bon virage, il y a beaucoup de bonnes choses à son sujet, mais oui, pour nous, les lignes blanches sont juste les limites de piste. »

Quel effet pour la zone DRS rallongée sur les dépassements ?

L’autre particularité de ce week-end de Zandvoort à gérer pour les pilotes, sera la zone DRS rallongée, justement au niveau du banking après le dernier virage.

Selon Valtteri Bottas, cela permettra d’améliorer le spectacle en piste et le nombre de dépassements pour une piste étroite qui en a bien besoin...

« Ce sera mieux, c’est sûr, que l’année dernière. Ce sera toujours l’un des circuits les plus difficiles à dépasser, mais je pense que si nous voyons une petite différence de rythme, nous pourrons assister à quelques batailles. »

Esteban Ocon voit-il aussi le DRS faciliter les dépassements à Zandvoort ? Il remercie surtout l’apport du nouveau règlement aérodynamique de 2022.

« Je suis d’accord avec Valtteri mais pas nécessairement en raison du DRS. Ça va forcément aider mais juste pour se suivre, ces voitures sont bien meilleures maintenant. L’air sale que ça crée pour les voitures derrière... maintenant on le ressent beaucoup moins. »

Mick Schumacher, pour Haas, abonde dans le même sens que son ami (et futur coéquipier ?) Esteban Ocon.

« Ce que nous avons vu cette année jusqu’à présent, c’est que nous avons été capables de nous battre plus : plus fort, plus près. Ce ne sera pas l’endroit le plus facile pour doubler, mais si vous avez un peu d’avantage avec vos pneus, je suis sûr que ça peut être fait. Et oui, je suis sûr que cela apportera plus d’action dans tout le week-end de course. »

George Russell est même plus optimiste que son collègue de Haas !

« Oui, les dépassements devraient être faciles. Et je pense que l’extension du DRS sera intéressante. Ça semblait assez simple dans le simulateur, mais ça peut être très différent quand vous avez un plein d’essence et un vieux pneu, et que vous suivez une autre voiture. Mais oui, ça devrait être plus facile cette année. »

Enfin Max Verstappen conclut avec le sourire : peut-être qu’il n’aura à dépasser personne ce dimanche !

« J’espère que pour une fois, je n’aurai pas besoin de dépasser tant que ça par rapport aux dernières courses ! C’est sûr que ce sera mieux. Et oui, il sera intéressant de voir comment le DRS va se comporter dans le banking - mais je ne m’attends pas à ce que ce soit un problème. »

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos