Domenicali : La F1 a le potentiel pour 30 courses et plus d’équipes

Mais ce n’est pas forcément la stratégie à adopter

Recherche

Par Olivier Ferret

23 mars 2022 - 10:02
Domenicali : La F1 a le potentiel (...)

La Formule 1 est déjà prête pour un calendrier record cette année avec 23 manches, mais avec l’intérêt actuel pour le sport, cela pourrait facilement être étendu à 30 courses, selon le PDG de la F1, Stefano Domenicali.

Le calendrier de la F1 n’a cessé de croître alors que le sport cherche à capitaliser sur sa popularité croissante, mais des courses supplémentaires ajoutent une pression sur les équipes à la fois financièrement, physiquement et mentalement, c’est pourquoi un plafond de 25 courses a été fixé dans le cadre de l’accord Concorde actuel.

Cela signifie que le calendrier ne devrait pas s’étendre au-delà de cela à moins que les parties prenantes, y compris les équipes, acceptent d’augmenter cette limite.

Mais Domenicali dit qu’il y a un intérêt du monde entier qui pourrait potentiellement voir 30 courses par saison si les règles le permettaient, avec Las Vegas et un retour sur le continent africain tous deux à l’étude.

"Je pense qu’il y a un potentiel pour passer à 24 courses rapidement," confie le PDG de la F1 et ancien patron de l’équipe Ferrari.

"Je dirais qu’il y a du potentiel pour aller jusqu’à 30, en termes d’intérêt que nous voyons partout dans le monde. C’est à nous d’essayer de trouver le bon équilibre en considérant quels sont les sites qui aimeraient être en F1, quelles sont les valeurs historiques que nous devons voir sur le calendrier. C’est pourquoi j’ai évoqué à Bahreïn la possibilité d’avoir une alternance entre certaines courses."

Les Etats-Unis et l’Afrique, mais pas seulement

Lorsqu’on lui a demandé d’où venait cet intérêt, une annonce pour Las Vegas étant prévue selon les rumeurs pour la fin du mois, Domenicali a ajouté : "il n’y a pas seulement Las Vegas, il y a d’autres villes qui s’intéressent à la Formule 1."

"En plus de l’Amérique, en plus de la Chine, je pense qu’il y a aussi un potentiel pour être bientôt de retour en Afrique. Il y a beaucoup d’intérêt là-bas. Bien sûr, c’est un continent qui manque jusqu’à présent dans la géographie de notre calendrier."

Domenicali avait aussi déclaré que certains circuits traditionnels pourraient perdre leurs places sur le calendrier pour faire place à de nouvelles courses, un équilibre devant être trouvé entre les courses historiques et les nouvelles courses. Il précise les choses.

"Il y a des promoteurs dont les accords arrivent à expiration, et probablement que certains des Grands Prix actuels ne feront plus partie du calendrier parce qu’ils ne veulent pas renouveler ou ne peuvent pas renouveler. Ce n’est pas que notre choix."

"Nous devons être équilibrés, nous devons aussi voir quelles sont les autres opportunités, et très bientôt nous allons dire à tout le monde quelle est notre stratégie pour développer de nouveaux marchés."

Plus d’équipes à l’avenir ?

Domenicali est aussi revenu sur sa déclaration concernant l’intérêt de nouvelles équipes pour entrer dans le sport, admettant à Bahreïn que si le projet de Michael Andretti était public, d’autres, pas loin d’une dizaine, avançaient dans le secret.

"Oui, il n’y a pas que Michael Andretti. Il est peut-être celui qui se fait le plus entendre, mais nous avons plus de demandes pour qu’une équipe supplémentaire fasse partie de la Formule 1. Sur la dizaine de projets, 4 ou 5 sont sérieux."

"La F1 doit trouver la bonne stratégie pour l’avenir et, je dois être très honnête, aujourd’hui la F1 avec 10 équipes, avec la concurrence en piste, c’est du très, très solide. Il y a des complexités qui doivent être prises en compte si d’autres équipes peuvent être ajoutées."

"Par conséquent, je ne pense pas que ce soit l’élément le plus important pour développer la F1, pour être honnête. En fin de compte, avec deux pilotes et deux équipes qui se battent, l’intérêt pour la F1 était au plus haut."

"Si nous avons, comme nous l’espérons cette année, plus d’équipes et plus de pilotes encore pour se battre, c’est plus que suffisant. Nous n’avons pas de monoplace standardisée comme certains championnats. Il y a donc de bonnes F1 et de moins bonnes F1. Et donc plus vous augmentez la grille, plus il y a d’équipes qui s’éloigneront des bons résultats potentiels."

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos