Formule 1

Directeur du GPDA, Grosjean revient sur le rôle des pilotes de F1 dans la crise actuelle

Beaucoup de discussions, peu de décisions ?

Recherche

Par A. Combralier

20 mai 2020 - 19:01
Directeur du GPDA, Grosjean revient (...)

En tant que directeur du GPDA, Romain Grosjean a forcément eu un rôle crucial à jouer dans la tenue des négociations pour l’organisation de la saison 2020 de F1, ou ce qu’il est possible d’en sauver. Chargé entre autres de coordonner la discussion des pilotes sur ces points, le Français en a dit plus sur la bonne intelligence des pilotes en la matière.

« Nous avons un groupe WhatsApp et il a été très actif, je dois dire, avec beaucoup de discussions sur différents sujets. »

« Nous avons eu une conversation téléphonique avec la Formule 1, Chase Carey et Ross [Brawn]. Je n’ai pas pu passer l’appel, mais je sais qu’Alex [Wurz, président du GPDA] et Sebastian [Vettel, directeur du GPDA] étaient sur le coup, et j’ai eu un retour d’information. »

« Nous essayons de nous impliquer autant que possible, d’aider au mieux les équipes, car pour les aider, courir tôt est mieux que courir plus tard dans l’année. »

« Il est évident que ne pas courir coûte de l’argent et ne rapporte rien, et si nous pouvons aller courir, alors nous savons ce qui se passer. »

Dans quelle mesure les pilotes, selon Romain Grosjean, aident-ils la FIA et la FOM à mettre les protocoles sanitaires en place ?

« Tout le monde fait de son mieux. Il est évident qu’il est très difficile de savoir comment la situation va se présenter. »

« Il faut prendre beaucoup de mesures et nous essayons de nous assurer que tout ira bien. Mais peut-être qu’en juillet, le monde sera dans une bien meilleure situation et qu’en fait, nous pourrons alléger un peu les mesures. Comme je l’ai dit, plus tôt nous pourrons aller courir, mieux ce sera. »

Le retour à la normale ne sera que progressif, avec des Grands Prix à huis clos pour au moins la première moitié de saison.

« Ce sera à la fois normal et anormal » remarque le pilote Haas.

« Nous allons revenir au pilotage des F1, mais nous aurons aussi un nombre limité de personnes autour de nous et aucun spectateur. Donc, certaines choses seront très différentes et d’autres seront identiques. »

« Oui, ça va être bien. Mais tout le monde est impatient de reprendre la course. »

Parmi les changements « anormaux », figurent d’éventuelles mesures de quarantaine à l’atterrissage de chaque avion, ce qui fait que les pilotes pourraient passer encore plus de temps loin de chez eux.

« Ce sera difficile de voyager, mais nous sommes tous conscients que cela pourrait arriver. »

« Nous profitons du temps que nous avons maintenant [à la maison], mais évidemment, une fois que vous commencez à courir, cela pourrait être quatre courses d’affilée en Europe et si nous allons en Asie, est-ce que ce sera la même chose ? Nous pourrions être absents, à l’étranger, pendant un mois. »

« Il faut donc que nous soyons préparés. Ce sera différent, ce ne ressemblera pas à ce à quoi nous étions d’habitués, car auparavant nous prenions des vols le plus tôt. Mais nous devons aller courir, nous devons faire le meilleur pour tout le monde, et si cela prend un peu de temps, qu’il en soit ainsi. »

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less