Deux projets totalement séparés pour Audi et Porsche en F1 ?

Un projet qui a plus de sens qu’en apparence ?

Recherche

Par Alexandre C.

13 avril 2022 - 14:30
Deux projets totalement séparés pour (...)

Audi et Porsche, du groupe Volkswagen, semblent plus proches que jamais d’une entrée en F1.

Audi est toujours en discussion pour racheter une équipe de F1 : après McLaren, Alfa Romeo, Williams et Aston Martin F1 ont été les noms évoqués… Quant à Porsche, le projet est plus clair : faire alliance avec Red Bull pour reprendre le programme Red Bull Powertrains et devenir motoriste.

Cependant même si les deux marques appartiennent au même groupe allemand, elles pourraient s’engager sur des sentiers bien différents en F1. Selon les informations de The Race en effet, Audi voudrait devenir un motoriste à part entière, et prendre une part importante dans une équipe actuelle, sans se greffer à un projet existant comme Porsche avec Red Bull Powertrains. Ou refaire la même erreur que Honda avec McLaren (être un simple motoriste sans influence sur l’équipe).

En d’autres termes, Audi voudrait développer un tout autre moteur que Porsche en F1. Ainsi deux marques d’un même groupe seraient engagées dans deux équipes concurrentes, et surtout avec deux projets de développement d’unité de puissance indépendants.

Un projet qui aurait du sens malgré les apparences ?

Cela ne semble pas logique du point de vue du groupe Volkswagen et des synergies économiques : en effet, pourquoi dupliquer le développement de deux projets ?

Les budgets d’unité de puissance n’étant pour le moment pas plafonnés (mais la F1 en discute), cela voudrait dire se lancer dans une coûteuse course aux armements. Alors même que le secteur automobile traverse une crise importante (transition vers l’électrique, pénurie de composants, réglementations européennes, etc.).

Mais en réalité, les relations entre Audi et Porsche restent difficiles dans le monde du sport automobile : ainsi en WEC comme en Formule E, les deux marques ont fait chambre à part.

Développer deux moteurs aux philosophies différentes aurait même du sens, contre toute apparence, pour plusieurs raisons différentes.

La principale motivation serait relative à l’ingénierie, pour engranger plus d’informations sur le plan technique. Porsche bénéficierait ainsi des apports de l’héritage Honda-Red Bull Powertrains (à la plus grande colère de Honda ?).

De son côté, Audi pourrait explorer d’autres solutions en indépendance. Tout en s’inspirant, paradoxalement, du défunt projet de moteur Porsche en F1, abandonné en 2018 (un V6 avait été mis sur le banc d’essais avec une ébauche de système de récupération d’énergie).

En outre, comme la réglementation de l’unité de puissance en 2026 devrait être simplifiée (même moteur thermique, MGU-H abandonné), le projet d’Audi serait aussi plus abordable. Audi aurait même commencé à développer son tout nouveau moteur.

Quelle équipe pour Audi ?

Audi voudrait donc exercer une grande influence sur sa nouvelle équipe-partenaire. Compte tenu du ticket d’entrée, la marque ne viendrait pas pour faire de la figuration et apparaître comme un simple sticker sur les voitures.

Le problème c’est que deux équipes citées pour un rachat, dont McLaren et Williams, ne semblent pas vendeuses. McLaren pour conserver son indépendance ; et Williams, parce que les propriétaires, Dorilton Capital, sont arrivés il y a relativement peu et paraissent réticent à abandonner eux aussi leurs projets.

Pour Lawrence Stroll, vendre l’équipe Aston Martin F1 pourrait être aussi étonnant : le PDG est engagé dans une stratégie au niveau de la marque globale Aston Martin ; l’équipe envisage aussi de devenir son propre motoriste et bâtit une nouvelle usine à Silverstone. Mais si la saison 2022 est un tel chemin de croix, Stroll père changera-t-il d’avis ? Du reste Aston serait un partenaire de choix, avec le soutien financier d’Aramco, ou des ressources d’ingénierie sur le plan du carburant.

Sauber, aujourd’hui partenaire avec Alfa Romeo, pourrait être une piste plus crédible. D’autant qu’à Hinwil, les infrastructures sont de qualité : Audi les a mêmes utilisées pour développer sa LMP1 par le passé. Enfin Sauber a déjà une histoire réussie de partenariat avec d’autres grands constructeurs, comme BMW.

Reste à voir si Volkswagen pourra imposer sa décision à ses deux marques, pour qu’elles fassent chemin ensemble. Cependant les exemples passés du WEC et de la Formule E ne plaident pas en ce sens.

Audi - Porsche - VW

Info Formule 1

Photos

Vidéos