Formule 1

Des podiums en 2023 ? L’ambition de Tost pour Toro Rosso

Ce ne sera pas possible avant

Recherche

Par A. Combralier

8 novembre 2019 - 17:21
Des podiums en 2023 ? L’ambition de (...)

Toro Rosso a longtemps visé une 5e place au classement des constructeurs ces dernières années, sans jamais y arriver. Cependant, cette saison, l’équipe de Faenza est bien en lice pour la 6e voire la 5e place au championnat, si les deux dernières courses de la saison se déroulent idéalement pour l’équipe.

S’exprimant dans le cadre du podcast « Beyond the Grid », Franz Tost, le directeur d’écurie, a fait part à la fois de sa satisfaction et de ses ambitions pour cette fin d’année.

« Jusqu’à présent, chez Toro Rosso, nous n’avons jamais été aussi compétitifs que durant cette année. Nous sommes 7e au classement des constructeurs, quelques points derrière Renault, un point derrière Racing Point. Si nous pouvons nous battre pour la 5e place ou prendre la 6e, ce serait une performance fantastique pour l’équipe. J’espère que du point de vue de la structure, du management, nous pourrons continuer ainsi. »

Le règlement 2021 devrait en particulier permettre à Toro Rosso d’obtenir bien plus souvent des places d’honneur. Mais les équipes du milieu de grille pourront-elles viser, dès 2021, des places sur le podium ? Franz Tost ne le pense pas, mais ne se prive pas non plus d’annoncer un objectif chiffré à moyen terme.

« Pour 2021, je l’espère, comme tout directeur d’écurie. Mais de manière réaliste, des écuries de milieu de grille, comme Toro Rosso, auront une chance à partir de 2023. »

« Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, les trois écuries de pointe dépensent énormément d’argent, d’ores et déjà, pour la voiture 2021. Donc cette année, et l’an prochain, les écuries de pointe pousseront très fort pour 2021. »

« Elles ont trois ou quatre fois plus d’argent que les écuries de milieu de grille. Donc je ne m’attends pas à de grands changements en 2021. Les budgets plafonnés arrivent en 2021, donc les écuries de pointe devront réduire leur nombre d’employés, leurs dépenses en R et D, et alors, ensuite, j’espère que les écuries se rapprocheront sur le plan de la performance. »

« Mais je ne m’attends pas à ce que ce soit avant 2023. Car d’ici là, elles conserveront leur avantage de dépenser ce qu’elles voudront. Après 2022, les écuries de milieu de grille commenceront à se rapprocher sur le plan de la performance. »

Quoi qu’il en soit, en dépit de ces répercussions tardives, Franz Tost soutient totalement le principe des budgets plafonnés et la direction que fait prendre Liberty Media à la F1.

« Le spectacle, c’est le plus important en F1. L’ADN de la F1, c’est aussi la technologie. Mais nous devons trouver une voie médiane entre ces deux aspects. Les fans se moquent de savoir si votre voiture est en carbone, si vous avez des choses spéciales dans votre suspension ; ils veulent voir des courses plus serrées. Ils ne veulent pas que le titre soit décidé cinq courses avant la fin de l’année. »

« Liberty Media fait du bon boulot, parce que ce n’est pas une tâche facile. Auparavant, les écuries de pointe gagnaient beaucoup plus d’argent que nous, c’était un système totalement injuste. Mais Liberty Media pousse très dur. Et ils ont trouvé un bon compromis entre les écuries de pointe et le milieu de grille, sur le plan des budgets plafonnés et pour la redistribution des revenus. »

« Si Red Bull est assez compétitive pour se battre pour le titre en F1, alors je ne vois pas pourquoi ils partiraient. Sur le plan du marketing, il n’y a pas de sport plus efficient que la F1. »

Toro Rosso

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less