Formule 1

Des courses hors-championnat pour les grilles inversés ? Horner lance l’idée

Mais comment faire avec un calendrier surchargé ?

Recherche

Par Alexandre C.

26 septembre 2020 - 09:02
Des courses hors-championnat pour (...)

L’idée de tester les courses qualificatives, à grille inversée, continue de faire parler dans le paddock. Alors qu’une nouvelle équipe a rejoint le front du refus (McLaren après Racing Point et Mercedes), Christian Horner, jamais avare d’idées, a lancé une nouvelle proposition à la FIA et à la FOM : tester les courses qualificatives… mais sur des courses hors-championnat.

Le directeur du Red Bull s’est ainsi exprimé en conférence de presse, à Sotchi…

« Il est évident que la meilleure façon de mélanger les choses est une sorte de grille inversée. C’est artificiel, mais inévitablement, lorsque la voiture la plus rapide part en tête de la course, il n’est pas nécessaire d’être un génie pour comprendre que, dans de nombreux cas, les voitures resteront dans l’ordre de la grille. »

« Je pense donc que la Formule 1 ne devrait pas avoir peur d’essayer quelque chose de différent, et s’il y avait une occasion, une course sur invitation ou peut-être même une course hors championnat où l’on pourrait essayer quelque chose comme ça, il serait très intéressant de voir quel en serait le résultat. »

« Le problème est que si vous n’essayez pas quelque chose, vous ne savez jamais. Je pense qu’il est très facile de s’enliser dans une impasse en disant que c’est ridicule, que ça ne marcherait pas, et le puriste en moi dit la même chose. »

« Mais parfois, dans la vie, il faut essayer des choses et voir quel est le résultat. Si cela pouvait être fait d’une manière qui n’affecte pas le championnat - car je ne vois pas comment on pourrait avoir une règle différente d’une course à l’autre… avec peut-être une course hors championnat, une course sur invitation. »

Christian Horner pense même que les nouveaux circuits au calendrier 2020 (le Mugello, Imola, le Nürburgring, Portimao et Istanbul) seraient les candidats prioritaires pour ce genre d’initiatives...

« Nous avons tous ces nouveaux circuits géniaux qui poussent pour des courses cette année et que nous ne pourrons pas accueillir dans les années à venir. »

« Si un événement était sélectionné pour essayer un format différent, pour essayer quelque chose de totalement différent, qu’aurions-nous à perdre ? Pourquoi aussi ne pas avoir deux courses en Autriche ? Vous pourriez les avoir en une semaine. »

Mais l’idée de Christian Horner se heurte à un problème de taille : comment faire pour placer des courses hors-championnat, alors même que le calendrier 2021 devrait déjà être gargantuesque avec 21 ou 22 courses ?

« Il y a tellement de permutations et de questions autour de cela. Ce n’est pas quelque chose qui a été discuté avec d’autres équipes ou avec Liberty ou la FIA. »

« C’est juste une réaction à une question qu’on me pose. C’est juste une idée. »

A voir si désormais cette idée sera entendue par les instances… et acceptée par les autre équipes. Pour la petite histoire, la F1 n’a plus accueilli de course hors-championnat depuis 1983.

Du côté de Renault, sans réagir directement à l’idée de Christian Horner, Cyril Abiteboul confie bien son scepticisme sur l’idée générale : la F1 ne devrait pas avoir besoin d’artefacts pour le spectacle…

« Je continue de croire que la grille inversée est une excellente occasion de mélanger les choses et d’offrir du spectacle, mais je continue de croire aussi que c’est un artefact et que nous devrions avoir l’ambition d’offrir des courses passionnantes sans cet artefact. Nous avons eu, encore une fois, des courses fantastiques cette année, nous avons eu des courses fantastiques aussi l’année dernière avec beaucoup de choses qui se sont passées sans grille inversée. Nous avons juste besoin que le peloton soit plus compétitif. Je pense que cela devrait être le point central. Si vous avez 20 voitures en une demi-seconde, ou une seconde, cela vous offrira un grand spectacle à mon avis - à condition que vous ayez la possibilité de dépasser. Nous ne voulons pas "transformer la Formule 1 en DTM". Je pense donc que nous sommes suffisamment proches de 2022 pour ne pas avoir à utiliser cet artefact à l’heure actuelle. »

Enfin du côté de chez Williams, le nouveau directeur d’écurie Simon Roberts préfère largement temporiser.

« Nous venons à peine de commencer à regarder à nouveau ce sujet. Nous avons jeté un coup d’œil il y a un peu plus d’un an. Nous n’avons pas beaucoup travaillé à partir de là. Nous commençons tout juste à le modéliser. Cela introduit un certain danger, mais il y a deux côtés à cela. Comme l’a dit Cyril, avec le rythme des voitures actuellement, nous ne sommes pas vraiment sûrs de la différence que cela fait par rapport aux courses principales. Ce n’est que le début. Les choses ont déjà changé, comme l’a dit Cyril. Le rythme des voitures est différent. Nous n’avons pas les trois équipes habituelles en tête. Nous réservons en quelque sorte notre jugement et nous voulons encore l’étudier en détail avant de prendre une décision à ce sujet. »

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less