Formule 1

Départ raté, crevaison, abandon : Bottas a souffert au Qatar

Le pilote Mercedes F1 espérait jouer le podium

Recherche

Par Emmanuel Touzot

21 novembre 2021 - 18:19
Départ raté, crevaison, abandon : (...)

Valtteri Bottas avait entamé sa journée par une pénalité de trois places, le repoussant en sixième place sur la grille de départ du Grand Prix du Qatar. Le Finlandais a complètement raté son départ, plongeant en 11e place.

Remonté au prix d’une stratégie décalée qui l’a fait rester 33 tours en pneus médiums, le pilote Mercedes F1 n’a pas atteint son premier arrêt, victime d’une crevaison à l’avant gauche. Reparti en fond de peloton, il a finalement abandonné.

"Hormis le premier tour qui n’a pas été bon, le début de course s’est bien passé, j’ai réussi à remonter et le rythme était bon. Je pense que l’on aurait pu être sur le podium" explique Bottas, qui devait encore effectuer son arrêt.

Il espérait pouvoir aller chercher Sergio Pérez en fin de course : "J’avais quelques activations de DRS mais aussi du trafic, j’aurais dû ressortir environ cinq secondes derrière, mais avec des pneus bien plus frais."

"Je suis assez surpris du premier tour, dans le tour de formation déjà, je n’ai pas réussi à mettre de la température dans les pneus, et c’était pareil après le départ, dans les premiers virages."

Aucun avertissement avant la crevaison

Bottas a été surpris de sa crevaison, qui l’a envoyé deux fois hors piste. Il n’a absolument pas vu venir le problème, contrairement à certains incidents du genre qui peuvent présenter des signes avant coureurs.

"Je n’ai eu aucun avertissement avant la crevaison, il n’y a eu aucune vibration, aucune perte d’adhérence, et le feeling de la voiture était normal, habituel. Ce n’était pas comme d’habitude, où nous avons des vibrations que nous surveillons, il n’y avait rien du tout et c’est arrivé."

"Au départ, j’ai pensé que le vent se levait dans la ligne des stands, car j’ai senti que la voiture allait de travers, mais j’ai ensuite eu une crevaison dans le premier virage et, évidemment, c’était au point le plus malchanceux, juste après la sortie des stands."

Le Finlandais a finalement abandonné, Mercedes F1 décidant de ne pas risquer plus de dégâts qui auraient engendré des coûts : "Elle était trop endommagée, on ne voulait pas la casser davantage. Quand on a vu qu’il n’y avait aucune chance de points, nous avons économisé du kilométrage pour le moteur aussi."

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less