Formule 1

De nombreuses critiques pointent ’l’erreur de débutant’ de Hamilton

Les pénalités reçues sont globalement jugées méritées

Recherche

Par Emmanuel Touzot

29 septembre 2020 - 13:34
De nombreuses critiques pointent (...)

La presse et les observateurs n’ont laissé que peu de crédit à Lewis Hamilton après la double pénalité reçue pour ses deux essais de départ effectués à même la piste avant le Grand Prix de Russie, qui lui ont valu deux pénalités de cinq secondes.

"Comment se fait-il qu’un pilote si fort, un phénomène comme Lewis Hamilton, ne connaisse pas les règles ?" a écrit le journal italien La Repubblica, qui s’est montré particulièrement agressif envers le Britannique. "Un petit conseil, en plus des poids en salle de sport, attrape parfois un livre et commence par les règles de la F1."

Le journal espagnol El Pais parle d’une "erreur de débutant", ce que sous-entend aussi l’ancien pilote Karl Wendlinger : "Hamilton aurait dû savoir où il peut faire ses essais de départ. Il est en F1 depuis assez longtemps pour cela."

Marc Surer, lui aussi ancien pilote, note que le pilote Mercedes a été le seul à commettre cette erreur, ce qui prouve sa faute : "Dix-neuf pilotes font leurs essais au bon endroit et Lewis Hamilton va au bout de la voie des stands, où les voitures sortent à haute vitesse."

"D’un côté, c’est dangereux, et de l’autre, je ne peux même pas comprendre où il a eu l’idée d’aller se placer à cet endroit-là."

Sergey Sirotkin, qui a piloté pour Williams en 2018, a déclaré au site russe Championnat qu’il était d’accord avec la pénalité : "Je ne pense pas que c’était une punition trop dure. La sortie des stands est étroite avec des murs de chaque côté, et où il l’a faite, c’était très loin de là où il aurait dû le faire."

"Je suis quasiment sûr que les commissaires n’ont pas inventé la pénalité, ils ont juste clairement suivi les pénalité prescrites pour certaines infractions. Je pense que c’était globalement justifié."

Hamilton a toutefois vu disparaître les deux points de pénalité qui lui avaient été infligés sur sa Superlicence, Mercedes ayant admis une erreur en autorisant son pilote à aller faire son essai de départ plus loin que la zone.

"Nous n’avions pas réalisé à quel point il voulait aller loin" a déclaré le directeur de l’ingénierie de l’équipe, Andrew Shovlin. "Nous n’avons pas vu son premier, mais quand on a vu le second, on a su que [les commissaires] n’aimeraient pas cela."

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less