Formule 1

Dans un coin de sa tête, Russell songe à une promotion future chez Mercedes F1

Mais il n’a pas besoin d’être félicité tous les jours pour y penser

Recherche

Par Alexandre C.

9 janvier 2020 - 09:14
Dans un coin de sa tête, Russell (...)

George Russell a beau avoir signé pour plusieurs saisons avec Williams, il n’en demeure pas moins un pilote du giron Mercedes. Le but ultime du champion de F2 est bien, un jour, de remplacer Valtteri Bottas ou Lewis Hamilton au sein de l’écurie-mère.

Pour son année de rookie, George Russell a donné entièrement satisfaction : il a ainsi battu Robert Kubica lors de chaque séance de qualifications. Pour autant, la perspective d’un baquet Mercedes est encore lointaine ; George Russell doit d’ailleurs faire avec la concurrence d’Esteban Ocon, son rival…

Russell pense-t-il tous les jours à un baquet Mercedes ? Ou bien cette perspective est-elle encore trop lointaine ?

« C’est dans un coin de ma tête, que peut-être, un jour ou l’autre, il pourrait y avoir une opportunité, et bien sûr, Mercedes a beaucoup d’influence dans le monde de la F1 ; donc ils auront, d’ici 2021, quatre équipes avec un moteur Mercedes. »

« Faire partie de cette équipe, c’est quelque chose de grand pour moi ; mais de mon côté, j’essaie de ne pas vivre dans le passé ou de me tourner vers le futur, j’essaie juste de travailler dans le moment présent. »

« Faire partie de Mercedes est un immense honneur, c’est la meilleure équipe en F1 pour le moment. Etre aussi un de leurs deux pilotes juniors… oui, Mercedes a quelques pilotes juniors en karting, mais cette année, c’était juste moi et Esteban. C’est un vrai privilège, car ils ne vont pas chercher n’importe qui, mais investissent du temps et de l’argent dans les personnes en qui ils croient. Cela vous donne plus de motivation pour performer. »

Mais comment George Russell peut-il savoir s’il se rapproche ou s’éloigne du baquet Mercedes ? Quelle a été la nature des relations entre lui et l’état-major de Mercedes tout au long de l’année 2019 ? Toto Wolff venait-il féliciter son protégé après chaque samedi réussi ? En vérité, ces relations étaient faites de plus de distance, mais aussi de plus de confiance, relate Russell…

« Je suis en contact avec eux chaque semaine et je les vois à chaque course. Ils sont vraiment heureux du travail que je fais pour le moment. »

« Avec Mercedes, ça a toujours été ainsi : ils ne parleront jamais avec moi quand je ferai du bon boulot, mais ils ne me parleront quand je ne ferai pas du bon travail. Aucune nouvelle, bonne nouvelle donc. »

« Quand j’ai gagné le GP3, j’ai reçu un appel pour me dire ‘bien joué’ ; mais tout de suite après, nous parlions de F2 et de faire des EL1 avec Force India. Et sur le moment je me disais, je viens juste de gagner un championnat, je devrais sûrement faire une fête ou quelque chose comme ça ! »

« De nouveau, je suis allé en F2 et le but était clair, gagner, et si je gagnais, je gagnais un baquet F1. J’ai gagné le championnat, on m’a dit ‘bien joué’, et maintenant, c’est la F1. »

George Russell est en définitive satisfait de cette approche de Mercedes, qui privilégie la performance à la communication quotidienne.

« Ils croient en moi, dans mon potentiel. Je suis payé pour performer à très haut niveau. Si un facteur livre une lettre, il n’a pas besoin d’une tape dans le dos [pour être félicité] parce que c’est son boulot. Moi, je ne me foirerais que si je n’atteignais pas un niveau de performance. C’est la mentalité et je l’apprécie. Ils reconnaissent quand vous faites quelque chose de spécial, mais tout le monde dans une équipe de F1 est employé pour quelque chose : les cuisiniers pour cuisiner, l’aérodynamicien pour construire une voiture formidable sur le plan aérodynamique… C’est juste le monde dans lequel nous vivons. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less