Formule 1

Crevaisons de Bakou : La réaction ’typique’ de Pirelli critiquée

Le manufacturier se dédouane-t-il à tort ?

Recherche

Par Emmanuel Touzot

17 juin 2021 - 10:17
Crevaisons de Bakou : La réaction (...)

Kees van der Grint, ancien ingénieur Bridgestone chez Ferrari, pense que Pirelli se dédouane d’un problème pneumatique dont il est pourtant responsable, après les crevaisons de Max Verstappen et Lance Stroll en course à Bakou. L’ingénieur est sceptique quant au fait que chacun se rejette la faute.

"Quand vous lisez cela vous pensez ’qu’est-ce qu’ils disent vraiment ?’ Ils ne veulent pas endosser la responsabilité et c’est typique" a déclaré van der Grint à De Telegraaf. "Red Bull ont dit qu’ils n’ont rien fait de mal, donc qui dit n’importe quoi ?"

Un avis que rejoint le champion du monde 2009, Jenson Button : "Quelles étaient les causes des crevaisons dans ce cas ? Aston et Red Bull s’en sont tenues aux limites données, il n’y avait pas de coupures dans les pneus venant de débris, ni de rupture du côté de Pirelli. J’imagine que c’était de la magie voodoo, donc."

Van der Grint s’attend à une montée des tensions entre les équipes et Pirelli, l’ingénieur jugeant qu’il n’y a plus aucune confiance entre les deux parties. Selon lui, le besoin de justifier les procédures effectuées montre que chacun se méfie de l’autre.

"Il est clair que plusieurs équipes ne prennent plus Pirelli au sérieux. S’ils se faisaient confiance mutuellement, tous ces protocoles ne seraient plus nécessaires, non ? C’est un autre exemple du manque de confiance entre Pirelli et les équipes."

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less