Formule 1

Coulthard : Je dois ma carrière à Senna

David n’oublie pas ses débuts en Formule 1

Recherche

Par Olivier Ferret

1er mai 2019 - 15:11
Coulthard : Je dois ma carrière à (...)

David Coulthard était le jeune pilote d’essai de l’équipe Williams lorsque Ayrton Senna en était le leader, en 1994. C’est la mort de Senna qui lui a permis de devenir pilote titulaire et de donner un élan décisif à sa carrière.

L’Ecossais s’en souvenait à l’occasion des 20 ans de la mort du Brésilien, en 2014.

“Je me souviens avoir reçu un fax de la part d’Ayrton Senna le matin du 1er mai 1994,” expliquait alors David Coulthard.

“J’étais le pilote d’essai de Williams à l’époque et j’avais travaillé avec Ayrton l’hiver précédent. Il n’y avait pas encore d’email à l’époque et c’était donc un fax qui était aussi signé par tous les membres de l’équipe et dans lequel tout ce monde me souhaitait bonne chance pour ma course en F3000. A l’époque j’avais trouvé cela très touchant.”

“J’ai suivi le Grand Prix de F1 dans le camion de notre fournisseur de pneus et lorsque j’ai vu l’accident de Senna, j’ai tout de suite pensé que ce n’était pas bon. Ce week-end avait déjà été terrible avec l’accident de Barrichello le vendredi et l’autre qui avait été fatal à Roland Ratzenberger le lendemain. La mort était dans l’air et c’est ce qui a rendu l’accident de Senna aussi choquant. Je ne me souviens plus qui m’a annoncé le décès d’Ayrton, mais je me souviens d’un journaliste qui n’a pas tardé à me demander si son volant était pour moi. Je n’ai pas eu la possibilité de parler à l’équipe et je n’avais donc aucune idée de comment les choses allaient se passer. J’étais très timide à l’époque, je n’étais pas celui que je suis aujourd’hui.”

“Williams a fait rouler seulement Damon Hill lors de la course suivante à Monaco, mais il était évident qu’ils allaient avoir besoin d’un deuxième pilote. Cependant, je n’ai jamais pensé que c’était une chance pour moi et en vérité, j’ai demandé à mon manager de ne pas poser la question à l’équipe Williams. Je pensais tout simplement que ce n’était pas approprié,” poursuit Couthard.

“J’avais l’habitude de me rendre à l’usine Williams chaque semaine et Frank Williams m’avait dit que d’autres pilotes allaient probablement participer à la séance d’essais de Jerez afin qu’il puisse faire son choix pour le prochain Grand Prix d’Espagne à Barcelone. J’ai donc participé à ces essais de Jerez, mais aucun autre pilote n’a roulé, mais Frank Williams s’est déplacé. Alors qu’il entrait dans l’enceinte du circuit, je suis sorti à la chicane et j’ai heurté les ballots de paille qu’ils avaient mises pour ralentir les voitures. C’est la première fois que j’abîmais une Williams. Lors des 30 mois précédents, je n’avais jamais rien cassé en tant que pilote d’essai.”

“Lorsque je suis revenu au stand j’ai vu Frank et je ne faisais pas le fier. Il est venu à ma rencontre et il m’a dit qu’il n’allait pas tenir compte de cette erreur et de l’argent que cela allait lui coûter mais qu’il était là au contraire pour m’annoncer que c’est moi qui allais être au départ du Grand Prix d’Espagne à Barcelone.”

“A l’époque, tout ce qui concernait les causes de l’accident de Senna était encore très présent dans les médias et il y avait un tas de spéculations sur ce qui avait causé cet accident. Williams était sous le choc. Il était clair que Senna aurait survécu à ce genre d’accident un autre jour, mais il a été terriblement malchanceux lorsque sa suspension a perforé son casque,” ajoute David Couthard.

“Les gens se demandaient si cette voiture était sûre, mais pour ma part, je ne me suis jamais posé ce genre de questions. J’avais 23 ans et je ne pensais pas à la mort. Je pensais tout simplement que cela ne m’arriverait pas à moi. Je me souviens que c’était plus difficile pour Damon qui avait 30 ans et il avait des enfants. Bien sûr, tout le monde dans l’équipe était terriblement triste de la disparition d’Ayrton, mais comme vous le savez, il faut toujours retourner au travail.”

“Je dois en partie ma carrière à Senna. J’allais entamer ma troisième saison en F3000 et je n’avais pas d’argent. Ma famille m’avait beaucoup aidé, mais les sommes à mettre sur la table devenaient de plus en plus importantes et elle m’avait dit que désormais, j’allais devoir me débrouiller tout seul. A l’époque je me souviens que je pensais que Senna était le meilleur pilote du monde et qu’il était peu probable que j’atteigne son niveau. La seule chose que je pouvais faire pour saluer sa mémoire, c’était de me donner à fond chaque fois que je montais dans la voiture. C’est cette approche que j’ai adoptée,” conclut David Coulthard.

Retrouvez notre galerie exclusive de près de 400 photos retraçant la carrière d’Ayrton Senna

Williams F1

expand_less