Formule 1

Convaincu par McLaren, Ricciardo s’est engagé pour trois ans

Il était plus sceptique lors des premiers contacts en 2018

Recherche

Par Emmanuel Touzot

15 février 2021 - 20:49
Convaincu par McLaren, Ricciardo (...)

Daniel Ricciardo débutera un nouveau chapitre de sa carrière cette année, avec son arrivée chez McLaren. Après HRT, Toro Rosso, Red Bull et Renault F1, il va connaître sa cinquième équipe en Formule 1. Il a révélé que le contrat avec le team de Woking portait sur trois saisons.

"Je suis engagé pour trois ans, c’est assez pour que l’on avance" a déclaré l’Australien à plusieurs médias dont Nextgen-Auto.com. "J’ai l’impression d’arriver avec une bonne dynamique dans l’équipe, pas seulement au niveau des résultats, mais aussi avec le travail effectué."

"Quand ils ont essayé de me recruter en 2018, Andreas Seidl n’était pas encore là, James Key non plus, et il y avait encore des pièces mobiles. Les résultats n’étaient pas encore là et ils cherchaient à stabiliser leur structure. Ils ont cela maintenant, donc j’essaie de m’inclure dans le puzzle plutôt que de devoir le faire."

Il explique le travail qui l’attend pour le moment avec sa nouvelle équipe : "Il faut s’intégrer, avoir l’impression que l’on fait partie de l’équipe, pas seulement du côté du pilotage, mais aussi dans l’ingénierie, la stratégie etc."

"J’ai déjà eu énormément de réunions ici au McLaren Technology Centre avec mes ingénieurs, mais aussi avec tout le département course. Cette intégration complète à l’équipe est plus puissante qu’être seulement le pilote. Mais c’est aussi le plus difficile à faire."

Beaucoup ont jugé qu’il avait quitté Renault F1, devenue Alpine F1, trop tôt. Ricciardo juge avoir agi à l’instinct, et a aussi vu que McLaren était dans une dynamique très positive : "Nous n’avons pas de boule de cristal, quitter Red Bull et Renault a été ce qui me semblait correct, mais je n’ai aucune certitude."

"J’ai senti que McLaren avait beaucoup progressé ces dernières années. Je crois en l’équipe et en ses personnalités. Andreas mène le bateau dans la bonne direction, j’avais déjà travaillé avec James en 2013 chez Toro Rosso et j’étais impatient de le retrouver."

"Ils ont aussi plus de soutien financier et je pense que l’équipe a ce qu’il faut pour être une candidate plus sérieuse. L’an dernier il y a eu une rivalité avec d’autres équipes, et la bataille pour arriver à l’avant du peloton était intense. Il y a Mercedes avec une cible dans le dos, mais on essaie tous de s’en rapprocher."

Il affiche un objectif de podiums malgré une hiérarchie serrée : "Ferrari veut aussi y parvenir, et globalement, tout le peloton essaie de se rapprocher des meilleurs. J’ai l’ambition d’être encore sur le podium et vu que l’équipe y est montée l’an dernier, c’est dans ma tête. Ca ne viendra pas comme ça, mais on pourrait y arriver."

Ricciardo soutient les courses sprint sans grille inversée

Interrogé sur l’idée de courses sprint, il n’est pas contre les tester cette saison. Il avoue qu’il a surtout craint que l’idée des grilles inversées soit conservée : "Je me sens mieux face à cette idée que s’il y avait eu la grille inversée."

"Les meilleurs pilotes et les meilleures équipes finiront quand même devant, et ce n’est pas manipulé ou artificiel. La compétition est ce que je préfère, et j’aimerais faire plus de courses et moins d’essais."

"Donc ça va plutôt vers ce que je voudrais, mais je veux surtout qu’une victoire en F1 semble toujours aussi importante qu’elle ne l’est. S’ils amènent une autre course dans le week-end, je suis ouvert, tant que ça garde les mêmes valeurs."

Il soutient une F1 plus inclusive à l’avenir

L’initiative We Race As One va se poursuivre avec l’arrivée de Stefano Domenicali à la tête de la Formule 1. Selon Ricciardo, qui prône des valeurs similaires sur son casque cette saison, il faut essayer d’élargir le message lancé l’an dernier pour une inclusion plus importante à tous les niveaux.

"We Race As One était quelque chose qu’on a souligné et essayé de pousser en 2020, avec des événements qui ont débuté en Amérique. Mais il faut que l’on soit plus inclusifs en tant que sport, qu’on essaie de faire en sorte que ça devienne une partie de l’identité de la F1."

"Maintenant que je suis dans la trentaine, je pense davantage à la plus jeune génération, j’essaie d’être un meilleur modèle, et je suis très heureux que Stefano arrive dans ce rôle. J’ai un peu appris à le connaître ces dernières années, et je n’ai eu que des interactions positives avec lui donc je suis heureux de son arrivée."

Ricciardo porte le numéro 3 en Formule 1 depuis que les pilotes peuvent le choisir, et cela est dû à Dale Earnhardt. Le pilote de NASCAR s’est tué il y a presque 20 ans, le 18 février 2001, sur le super speedway de Daytona, et l’Australien se souvient de ce funeste jour.

"Je me souviens très clairement de la course il y a 20 ans, ma réaction à la nouvelle qui m’avait fait pleurer. J’avais appelé mon ami Steven avec qui je courais en kart, qui était aussi fan, et nous avons pleuré au téléphone ensemble" poursuit-il, expliquant que le surnom d’Earnhardt l’avait fasciné.

"C’était un héros, et c’est en 2014, quand j’ai pris le numéro 3, et j’avais à l’esprit The Intimidator, moi c’était le Honey Badger, mais je voulais être le gars qui n’a pas peur de tenter des dépassements, et d’attaquer. Je sentais que j’avais ça en moi et ma première année chez Red Bull a été l’occasion de le montrer."

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less