Formule 1

Comment Renault F1 s’est préparée à la nouvelle normalité

Courir avec la menace du Covid-19, c’est différent

Recherche

Par Olivier Ferret

3 juillet 2020 - 08:32
Comment Renault F1 s’est préparée à (...)

Comme les équipes concurrentes, Renault est à Spielberg pour le Grand Prix d’Autriche, qui est devenu le premier rendez-vous du calendrier 2020 de la Formule 1.

Et le paddock ce jeudi avait une allure bien différente : presque désert, seulement occupé par les équipes et quelques caméras de TV, alors que les journalistes n’ont pas le droit de quitter le centre "médias".

C’est en effet la "priorité à la sécurité", à tous les niveaux, pour éviter les contaminations au Covid-19.

Directeur sportif de Renault F1, Alan Permane explique comment l’équipe s’est préparée à courir dans la nouvelle normalité.

"Ces deux derniers mois, de nombreux échanges ont été menés avec la F1 et la FIA sur la manière de reprendre la course en toute sécurité. Tout le personnel en déplacement a été testé pour le Covid-19 et plusieurs codes de conduite sont en vigueur pour nous permettre de le faire dans un environnement sûr."

"Le plus grand défi était d’amener tout le monde sur place et de travailler en toute sécurité dans le garage. Nous avons donné au personnel des directives, des équipements de protection et nous garderons les gens isolés dans différents groupes. Retrouver les circuits avec ces vues, sons et odeurs avant de regarder à nouveau le chronomètre et sentir la tension monter tout au long du week-end jusqu’à la course… Il n’y a rien de tel."

Mais il n’y a pas que l’équipe course qui doit respecter tous les gestes barrière, la sécurité prévaut aussi à l’usine. Après une longue période d’arrêt due à la pandémie, il était indispensable de retourner au travail en toute sécurité. Rob White, directeur des opérations, nous explique comment l’équipe s’est adaptée pour permettre au personnel de travailler dans un environnement sûr.

"Dès que la période définitive de fermeture nous a été communiquée, nous avons défini les mesures nécessaires pour ramener l’usine « à la vie ». Nous avons compris que nous devions apporter de profonds changements. Nous avons dû réduire le taux d’occupation du site afin qu’une grande partie de nos collaborateurs puisse désormais travailler principalement ou partiellement à domicile. Les faire travailler de chez eux de manière efficace a demandé une énorme planification de la part du service informatique. Celui-ci nous a fait passer d’une organisation assez conventionnelle avec un taux assez bas de télétravail en une structure où la majorité travaille à distance. Là où cela n’est pas possible, nous avons réduit le taux d’occupation en introduisant un système permettant de diviser les personnes en groupes et sous-groupes.

"Des changements physiques ont également été opérés à l’usine pour parvenir aux objectifs de distanciation sociale. Nous avons réorganisé le lieu de travail là où les gens travaillent à plein temps. Nous avons délimité des zones rouges où les masques sont obligatoires, des passages à sens unique et de nombreux panneaux pour être le plus clair possible. Nous avons fhacilité la façon dont tout le monde travaille pour minimiser les contacts. D’autres mesures incluent une nouvelle politique pour les visiteurs et des auto-évaluations de santé du personnel.

"Le site de Viry a rouvert quelques semaines avant Enstone, nous fournissant ainsi une source d’informations et d’inspiration. Les mesures concrètes sont très similaires. Nos protocoles sont clairs et nous pensons pouvoir travailler très efficacement."

Renault F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less