Formule 1

Chez McLaren F1, Seidl voit le verre à moitié plein, Norris à moitié vide

Le Britannique pense qu’il y a encore beaucoup de travail à faire

Recherche

Par Alexandre C.

2 avril 2021 - 16:36
Chez McLaren F1, Seidl voit le (...)

Lando Norris a fini solide 4e du Grand Prix de Bahreïn, mais n’avait clairement pas le rythme pour aller défier les Mercedes et la Red Bull de Max Verstappen devant lui. Sergio Pérez n’était d’ailleurs plus très loin du Britannique en fin d’épreuve, alors qu’il partait de la ligne des stands.

Pour autant avec 18 points marqués, McLaren s’est imposée comme la troisième force dans la hiérarchie, et c’est d’abord ce que veut retenir aujourd’hui Andreas Seidl, le directeur de l’écurie McLaren en F1. Il trouve aussi que tout compte fait, l’écart de 45 secondes entre Lando Norris et Lewis Hamilton n’était pas si inquiétant que cela.

« Terminer la première course de la saison P4 et P7, c’était exactement ce que nous recherchions et aussi ce que nous voulions après la première course, des points pour le championnat des constructeurs.... »

« C’était encourageant de voir que, si vous regardez la course de Lando, nous avions la troisième meilleure voiture. »

« C’était aussi encourageant de voir que l’écart entre Lando et Lewis [Hamilton], qui est allé à fond durant la course... cet écart n’était que de 45 secondes, ce qui confirme que nous avons fait un bon pas en avant par rapport aux meilleurs pilotes cet hiver. »

« En même temps, nous devons reconnaître que nous avons une forte concurrence qui a également fait de bons pas en avant, donc c’est le tableau d’ensemble et nous devons simplement nous assurer de ne pas nous laisser galvaniser par cela. »

« Nous célébrons cela aujourd’hui et nous continuons à travailler dur et à apporter plus de mises à jour à la voiture pour s’assurer que nous restions dans cette bataille. »

Lando Norris de son côté, préfère presque voir le verre à moitié vide. Il se préoccupe en particulier du potentiel, encore non-exploité, des AlphaTauri de Pierre Gasly et de Yuki Tsunoda. McLaren était-elle vraiment la 3e force du plateau à Sakhir ?

« Si l’autre AlphaTauri de Tsunoda avait été en Q3, ils auraient probablement été devant nous. »

« Nous étions devant Carlos [Sainz]. Mais s’il avait fait un bon tour, il aurait dû être devant nous. Donc ce n’est pas comme si c’était parfait. Nous avons beaucoup de travail à faire, peut-être plus en qualifications qu’en course. Si nous étions partis de plus loin pour la course, cela aurait été plus difficile, et nous n’aurions pas été aussi bons. »

« Je ne pense pas que nous puissions nous reposer sur nos lauriers. Je suis heureux, il y a beaucoup de points positifs mais aussi des points négatifs sur lesquels travailler. »

Mais le Britannique peut avoir confiance dans ses atouts. Il a en particulier progressé à Bahreïn sur son rythme de course, un domaine où il n’était "pas très bon il y a deux ans " de son propre aveu. Ce qui est normal pour un jeune pilote !

Seidl fait d’ailleurs le même constat à Woking...

« Si je regarde la façon dont il travaille avec ses ingénieurs, comment il communique pendant une séance d’essais, pendant les qualifications, pendant la course, sous le stress, vous voyez simplement qu’il a accumulé de l’expérience et de la confiance au cours des deux dernières années. »

« Maintenant, il a appris de lui-même, et cela se traduit par des temps au tour et des performances en course. Je pense que la gestion des pneus... il a fait un travail sensationnel, il poussait quand c’était nécessaire. Il était totalement sous contrôle et c’était évidemment génial à voir. »

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less