Formule 1

Chez Ferrari, Binotto est soulagé par la performance de Bahreïn

Mais n’est pas encore satisfait à 100 %

Recherche

Par Alexandre C.

30 mars 2021 - 11:49
Chez Ferrari, Binotto est soulagé (...)

Deux voitures en Q3, avec une 4e place sur la grille de Charles Leclerc, deux voitures dans le top 10, et un peu de sérénité : Ferrari n’a ni déçu ni enthousiasmé follement pour le premier Grand Prix. Au moins, il semble clair que la Scuderia a progressé dans la hiérarchie, devant Alpine ou Aston Martin F1.

Mattia Binotto, le directeur d’écurie, voit ainsi un peu de pression diminuer. Ferrari peut désormais regarder de l’avant avec plus de calme, pour continuer à progresser…

« Oui je me sens soulagé, certainement, parce que nous pouvons travailler dans une meilleure position et c’est sain pour l’équipe. »

« Il est important que l’équipe puisse travailler dans une condition saine, en restant calme et positif. Pour moi, c’était important, donc venir ici et voir que la voiture a progressé, mettre l’équipe en quelque sorte dans une sérénité où nous pouvons même travailler d’une meilleure manière. »

« C’était important, pas seulement pour le moteur, mais pour le moteur, le châssis, la traînée, l’aéro, les outils, la corrélation - tout cela était important pour nous et c’était la clé. Quelle est la part de l’unité de puissance, dans cette amélioration ? Difficile à dire parce que tout est relatif aux concurrents, ce n’est pas une valeur absolue, et je ne sais pas quels sont les progrès des autres. »

« Il est certain que l’unité de puissance s’est améliorée et nous sommes heureux de le voir aussi pour Sauber et Haas, mais je pense que de notre côté, nous avons progressé dans tous les domaines qui étaient possibles. L’aéro est certainement meilleure en termes de comportement et de corrélations. Mais l’unité de puissance, la voiture en général… nous étions conscients qu’il était possible de faire des progrès et nous avons essayé de les faire. »

« Et je pense que c’est un ensemble complet. Donc je ne vais pas vraiment parler dans des domaines, c’est l’ensemble du package qui est maintenant meilleur. »

« Nous avons encore des lacunes sur le moteur, moins qu’avant c’est une certitude, donc l’écart s’est réduit. J’espère que nous nous rapprochons encore plus l’année prochaine avec un autre nouveau moteur. »

La corrélation entre l’usine et la piste, en soufflerie, semble validée, et c’est ce qui réjouit aussi Mattia Binotto : Maranello est une usine saine.

« Par rapport à nos attentes, je pense qu’il y a une bonne corrélation avec nos simulations, ce qui est important pour nous. »

« C’est quelque chose que nous avons développé l’année dernière pour l’améliorer, et nous l’avons fait. Donc je pense que la voiture se comporte bien. Notre performance, je pense que nous avions quelques idées venant des essais de Bahreïn. Nous savions que nous avions une meilleure voiture que celle de l’année dernière, sans aucun doute, par rapport aux concurrents. »

Mais bien sûr, Ferrari ne peut se satisfaire d’être la 4e force du plateau - il faut désormais regarder vers McLaren, Red Bull et Mercedes.

« Je suis heureux parce que nous progressons, mais pas aussi heureux parce que nous voulons être encore meilleurs que cela. Nous savons que cela prendra du temps, mais étape par étape, je pense que c’est l’approche et c’est la façon dont nous abordons les résultats. »

« Je pense que le retard par rapport aux meilleurs concurrents de la course était encore important. Donc c’est encore un long chemin, mais cela dépendra aussi de chaque piste. Nous savons que nous ne travaillerons pas beaucoup sur le développement de cette voiture parce que nous sommes déjà concentrés sur la voiture de 2022 en termes de conception et de développement à Maranello. Je suis presque sûr que c’est la même chose pour les autres voitures et les autres concurrents. »

« Mais quand même, je pense que si nous regardons notre course, nous avons des feedbacks maintenant des pilotes, ils commencent à apprendre la voiture. Ils commencent à savoir quelles sont les limites de la voiture et finalement nous pouvons y remédier, ou nous pouvons l’améliorer. Donc je pense que les trois ou quatre prochaines courses indiqueront d’abord la véritable performance et le potentiel de notre voiture par rapport aux autres. Nous les attendons avant de porter un jugement. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less